Apprenons à vivre dans la lumière du Ressuscité

8 mai 2009

Mot de l’évêque - Eglise d’Avignon n°49 - Mai 2009

Depuis plusieurs semaines, le Seigneur ressuscité
nous donne, dans la puissance de l’Esprit Saint, ses
instructions, il nous invite à relire avec lui les Évangiles,
les Actes des Apôtres pour découvrir cette vie
nouvelle qu’il veut nous donner, une vie qui vient changer radicalement
notre manière de voir et de comprendre le monde et
nos frères en humanité. Cette vie nouvelle, nous n’en sommes ni
la source ni les artisans, nous la recevons de Jésus-Christ et de
Jésus-Christ crucifié. De son coeur transpercé, il a laissé jaillir sur
le monde les sources de l’amour divin, un amour qui vient guérir
toutes nos blessures et tous les germes de mort qui habitent nos
vies, un amour qui donne la vie partout où il pénètre. Partout où
cette source passe, la vie surabonde, et depuis vingt siècles cette
source nous rejoint à travers les sacrements dans la communion
de l’Église.

Pendant quarante jours, le Ressuscité veut ainsi faire notre éducation.
Par le baptême, nous sommes morts au péché, le vieil
homme a été enseveli dans la mort avec le Christ ; véritable tombeau,
le baptême est également un berceau car, par le baptême,
nous avons été engendrés à une vie nouvelle, la vie d’enfant de
Dieu dans le Christ. Le Christ ressuscité veut maintenant nous
permettre de déployer toutes les richesses de cette vie nouvelle.
Nous sommes appelés à apprendre à vivre en Christ, à ne faire
plus qu’un avec lui. Nous avons non seulement à recevoir les
instructions du Seigneur, mais à vivre un véritable apprentissage
de cette vie nouvelle dans le Christ. Pour cela, le Seigneur est
là, au coeur de nos vies ; depuis l’aube de Pâques, il nous précède
dans la Galilée de nos vies quotidiennes. Avec toute sa
patience divine, il nous enseigne et nous éduque à cette vie sous
sa conduite, dans sa lumière, il nous apprend à demeurer en lui
jusqu’à ne faire plus qu’un avec lui.

Durant ces semaines pascales, il nous invite à creuser en nous
le désir de la venue de l’Esprit Saint. D’ailleurs, il nous annonce
sa venue prochaine : sous peu de jours vous aller recevoir une
force, celle de l’Esprit Saint, vous allez être plongés en lui au
point que tout votre être sera habité par lui ; alors vous pourrez
vous laisser conduire par lui. Lui, de son côté, il vous donnera
de devenir des saints, de trouver votre place dans le Corps du
Christ qui est l’Église et il mettra en vous son dynamisme pour
que vous deveniez d’authentiques témoins de Jésus auprès de
tous vos frères les hommes. Dans l’acte même de sa mort sur la
Croix, Jésus a donné l’Esprit Saint au monde pour organiser la
nouvelle création, l’Église. Il mettra toutes ses forces divines au
service de la réalisation de ce projet divin qui est l’unique projet
du Père : la réalisation de l’Église, tout le reste est subordonné à
ce merveilleux projet voulu par Dieu de toute éternité.

Après quarante jours, le Seigneur ressuscité apparemment va
nous quitter, il part vers son Père et notre Père, mais en même
temps, il prépare la naissance de l’Église. Pour cela, par l’Esprit
Saint, à travers les Actes des Apôtres, il nous donne d’ultimes
conseils avant le grand jour de la Pentecôte. D’abord, comme les
apôtres au soir de l’Ascension, nous sommes invités à retrouver
l’unanimité de la charité. Après toutes les déchirures qui ont blessé
notre Église ces derniers mois, nous sommes invités à vivre
ces jours qui nous séparent de la Pentecôte à la manière des
Apôtres au Cénacle, dans l’unanimité de la charité. Faisons taire
toutes nos divisions, toutes les critiques qui montent dans nos
coeurs, n’ayons pas peur comme Jésus ressuscité l’a demandé
aux disciples d’Emmaüs, de faire anamnèse de tous les germes
de tristesse et de mort qui nous habitent pour retrouver dans la
lumière du Ressuscité un coeur brûlant de charité tandis qu’il
fait route avec nous et ouvre notre coeur à l’intelligence de sa
parole.

Enfin, si nous voulons nous préparer à vivre une nouvelle Pentecôte,
comme les apôtres autrefois, nous devons demeurer en
prière avec Marie la Mère de Jésus. Marie est incontournable,
elle est la Mère de Jésus et elle est la Mère de tous ceux qui,
tout au long de l’histoire, deviendront les membres du Corps de
son Fils. Elle s’apprête à enfanter de nouveau, toujours dans la
puissance de l’Esprit Saint.

Au moment où notre Église vient de vivre un véritable tsunami
médiatique, au moment où la barque de l’Église semble une nouvelle
fois vouloir s’enfoncer dans des flots en furie, Jésus paraît
comme autrefois endormi, mais il est bien là, à la place du capitaine.
Alors n’ayons pas peur, tous, de crier comme autrefois les
apôtres : « Au secours, Seigneur, nous périssons ! » Alors le Seigneur,
une nouvelle fois fera taire le vent et la mer, mais il nous
dira comme autrefois : "Hommes de peu de foi, vous ne croyez
donc pas !"

A la veille de Pentecôte, n’oublions pas ces mots d’un saint :
"Nous avons avec nous l’Esprit Saint et la sainte Vierge, tout le
reste, ce sont des aléas de l’histoire."

Bonne fête de Pentecôte à tous et tout spécialement à ceux qui
recevront le sacrement de la confirmation ces prochaines semaines.