Dans l’action de grâce et la confiance

janvier 2006

À l’aube d’une nouvelle année, comment ne pas d’abord dire merci pour tout ce que nous avons vécu de beau durant l’année qui s’achève... Quand je circulais dans les paroisses tout au long de l’année, je fus émerveillé par la charité pastorale des prêtres, des chrétiens engagés et de tous ceux qui, souvent, sans faire de bruit, rayonnent un amour qui vient d’ailleurs.

Durant les retraites de confirmation, je fus émerveillé par le fruit du travail des aumôniers de collèges et de lycées auprès des jeunes. L’Esprit Saint est vraiment à l’œuvre dans les cœurs. Durant le pèlerinage à Lourdes avec plus de 500 jeunes préparant leur profession de foi, je fus émerveillé par l’action maternelle discrète de la Sainte Vierge dans le cœur de tous ces jeunes.

Durant les jours de deuil de l’Église avec la mort de Jean-Paul II, je fus émerveillé par cette génération “Jean-Paul II” venue tout simplement dire merci à celui qui fut leur pasteur pendant plus de 25 ans. Comment ne pas dire merci également pour la fête de la sainteté avec plus de 3 000 personnes heureuses de célébrer nos saints, ceux qui ont labouré notre terre de Provence pour y semer la foi... Nous avons touché du doigt avec beaucoup de joie notre fraternité chrétienne.
En Allemagne durant les JMJ, je suis émerveillé par cette foule immense de jeunes heureux de vivre leur foi avec celui qui a pris le relais de Jean-Paul II, Benoît XVI.
Je voudrais encore dire merci pour le nouveau prêtre et le nouveau diacre reçus du Seigneur en octobre. Comment ne pas être bouleversé par la joie du peuple chrétien pour le don d’un ministre ! Je pense aussi à la communauté Shalom arrivée cette année, aux Sœurs carmélites messagères de l’Esprit Saint, aux Petites Sœurs et aux Petits Frères de l’Agneau qui viennent compenser la tristesse d’avoir vu plusieurs communautés quitter le diocèse par manque de forces vives. Comment ne pas dire merci pour nos Sœurs carmélites de l’Enfant Jésus qui, un an après leur arrivée, assurent une présence rayonnante à la Métropole sans bruit mais avec beaucoup de grâce ! Comment ne pas dire merci pour la présence du Chemin Néo Catéchuménal sur Bollène... Comment ne pas dire merci par avance pour ceux et celles qui viendront travailler dans le champ du Seigneur ! Merci pour les séminaristes et les consacrés que le Seigneur nous donnera !

Enfin, je voudrais dire merci pour la visite pastorale auprès des mouvements que je terminerai dans quelques semaines. Quelle joie de voir Dieu à l’œuvre dans notre monde au cœur de notre Église ! Comment ne pas souhaiter un nouveau souffle à tous dans le dynamisme de l’Esprit !

Tous ensemble, nous sommes le Corps du Christ et membres les uns des autres. Les laïcs ont leur vocation propre d’être des témoins du Christ au cœur de notre monde dans le quotidien de leur vie. Les prêtres et les diacres, eux, n’ont-ils pas pour mission de mettre les baptisés en état d’accomplir leur ministère : construire le Corps du Christ.
En même temps, alors qu’une année s’achève et à l’aube d’une nouvelle année, comment ne pas se demander pardon les uns aux autres pour tous nos manques de communion et de charité. Comment communier au corps du Christ sans communier à tous ceux qui sont les membres de son Corps ? Quel scandale que tous nos manques de charité et de communion. En même temps, nous connaissons tous notre pauvreté et, nous le savons bien, il nous faut mendier la charité auprès du Seigneur au jour le jour.

En ce premier jour de l’année, nous célébrons Marie, Mère de l’Église, demandons-lui d’être vraiment notre Mère tout au long de cette nouvelle année. Elle nous connaît comme une mère connaît son enfant, elle saura veiller sur nous avec tout son amour et toute sa tendresse maternelle.

Au milieu d’un monde traversé par tant de violence, de conflits et de divisions, puissions-nous être des artisans de communion et de fraternité en œuvrant pour le service de tous et spécialement des plus pauvres dans notre terre de Provence et au cœur d’un monde qui en a tant besoin.

+ Mgr Jean-Pierre CATTENOZ
Janvier 2006