Évangélisation et catéchèse dans la puissance de l’Esprit Saint

octobre 2003

Au moment où les enfants de nos paroisses reprennent le chemin de la catéchèse, il est important pour nous de retrouver le dynamisme qui fut celui de la première communauté au jour de la Pentecôte.

Tout commença par un violent coup de vent qui remplit toute la maison où ils se trouvaient. L’Esprit Saint remplit la Maison Église, il est donné d’abord à toute la communauté ; ensuite apparurent comme des langues de feu et il s’en posa une sur chacun d’eux et tous furent remplis de l’Esprit Saint. La promesse est accomplie, la première communauté est baptisée, plongée dans l’Esprit Saint qui se donne totalement, complètement à l’Église et, en elle, à chacun. Il est essentiel pour les catéchistes d’en avoir conscience : tout commence par le don de l’Esprit Saint.

Immédiatement, l’Esprit Saint prend l’initiative : ils se mirent à parler d’autres langues comme l’Esprit leur donnait de s’exprimer. Et tous les entendaient, chacun dans sa langue, chanter les merveilles de Dieu. Les premiers disciples commencent non pas par une catéchèse, par un enseignement sur Jésus ou sur la foi, ils commencent par chanter les merveilles de Dieu. Ensuite, et ensuite seulement, Pierre prend la parole et tout son enseignement pourrait se résumer en quelques mots : “Jésus est vivant, nous en sommes les témoins dans nos vies !” Nous sommes là en présence des deux premières étapes de toute évangélisation. Aujourd’hui comme hier, avant même de commencer la catéchèse, la louange et le témoignage sont les deux premiers temps indispensables et que trop souvent nous oublions. En ce début d’année, chaque catéchiste pourrait s’interroger : dans ma vie personnelle, quelle place a l’Esprit Saint ? Mon cour s’ouvre-t-il aux merveilles de Dieu ? Suis-je prêt à témoigner que Jésus est vivant dans ma vie ?

Les Actes des Apôtres dans le récit de la Pentecôte nous tracent le chemin : se laisser saisir et habiter par l’Esprit Saint, chanter les merveilles de Dieu et porter témoignage. Nous pourrons alors expérimenter aujourd’hui encore la puissance de l’Esprit Saint à l’ouvre à travers cette première évangélisation : “D’entendre cela, ils eurent le cœur transpercé et dirent à Pierre et aux autres : “Frères, que devons-nous faire ?”” La louange et le témoignage sont venus toucher les cours, ou plus exactement, l’Esprit Saint est venu lui-même agir dans le cour des auditeurs à travers la louange et le témoignage des premiers disciples. Le résultat est là, tous sont disponibles, prêts à faire ce qui leur sera demandé.
Il est important de ne pas brûler les étapes, de savoir prendre le temps nécessaire pour chanter les merveilles de Dieu et témoigner de la présence vivante de Jésus dans nos vies car, si les cours n’ont pas été touchés par la puissance de l’Esprit Saint toute catéchèse serait prématurée. En effet, la catéchèse est la réponse à la question des auditeurs : “Frères, que devons-nous faire ?” Elle n’est pas un enseignement, une doctrine, une morale, elle est l’apprentissage de la vie dans la Maison Église, dans la famille des enfants de Dieu. Pierre nous l’explique lui-même en répondant à la foule : “Convertissez-vous et faites-vous baptiser au nom de Jésus-Christ pour la rémission de vos péchés et vous recevrez le don de l’Esprit Saint” Et par bien d’autres paroles, il les exhortait à changer de vie.

Voilà la catéchèse, apprendre à vivre en disciple de Jésus et cela exige une conversion, un changement radical de vie aujourd’hui encore. Parce que je deviens disciple de Jésus, je ne pourrai pas vivre n’importe comment, la morale et les commandements ne sont pas premiers, mais ils sont la conséquence de ma rencontre avec le Christ. Pour les enfants baptisés bébés, cette démarche catéchétique exige également l’apprentissage de la vie baptismale, de la vie en Christ, sa croissance et son développement dans la grâce de l’Esprit Saint. La vie divine leur a été donnée par le baptême, mais elle est encore embryonnaire, ils doivent apprendre à en vivre : à connaître Dieu par la foi, à l’aimer, à aimer tout homme de l’amour même du Christ et enfin à marcher sur le chemin du bonheur et de la vie, dans l’espérance. Autre élément important, cet apprentissage ne pourra se vivre que dans la Maison Église, dans la communauté chrétienne. Je ne peux devenir chrétien qu’en devenant membre de son corps qui est l’Église.

Ainsi, les Actes mettent en place à travers le récit de la Pentecôte les grandes lois de tout cheminement catéchuménal et catéchétique : la louange et le témoignage qui permettent à l’Esprit Saint de toucher les cours puis la catéchèse comme apprentissage de la vie en Christ dans la communauté Église. Du côté des auditeurs : deux éléments apparaissent nécessaires pour entrer dans cette grande aventure : l’accueil de la Parole et la disponibilité, le don de soi pour entrer dans cet apprentissage d’une nouvelle manière de vivre dans la Communauté chrétienne.

+ Jean-Pierre Cattenoz
Octobre 2003