Jésus est vivant dans ma vie, j’en suis le témoin !

20 avril 2003

Alléluia Service - 20 avril 2003

Elles étaient trois femmes et s’en allaient vers le tombeau en pleurant. Elles pensaient pouvoir encore embaumer le corps de leur Seigneur qui était mort il y a trois jours. Dans leur amour pour lui, elles voulaient le rejoindre, mais elles le savaient bien, il ne serait plus jamais là auprès d’elles comme avant.

Mais que se passe-t-il ? La pierre du tombeau est roulée et le tombeau est vide. Et voici un jeune homme vêtu de blanc qui est là, devant elles. Son message est clair : “Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié ? Il est ressuscité, il n’est pas ici, mais allez dire à ses disciples : Il vous précède en Galilée, là vous le verrez

Sur ces paroles, les femmes perdent la tête, elles s’enfuient et ne disent rien à personne car elles ont peur.

L’Évangile de saint Marc s’achève ainsi, brutalement. Bien des questions demeurent : comment savons-nous qu’il est ressuscité si les femmes n’ont rien dit à personne ? Quel est donc le sens du message délivré par ce jeune homme : “Il vous précède en Galilée, là vous le verrez ? Et d’ailleurs qui est donc ce jeune homme vêtu de blanc ?

Reprenons chacune de ces questions. Dans l’ensemble de l’Évangile de saint Marc, en dehors du récit de la résurrection, un seul jeune homme apparaît : au moment où Jésus est arrêté. Un jeune homme est là, vêtu d’un drap, on veut l’arrêter en même temps que Jésus, mais lui, laissant son drap s’en alla tout nu. Mystérieusement, le linceul dans lequel le corps de Jésus sera enveloppé, ce sera un drap semblable à celui que portait ce jeune homme. Et voilà que ce dernier apparaît de nouveau, mais cette fois-ci, vêtu de blanc, il est là dans le tombeau vide, porteur du message de Pâque. Quelle est donc la signification de tout cela ? Elle est toute simple : durant des siècles les catéchumènes qui allaient être baptisés dans la nuit de Pâque s’approchaient des piscines baptismales vêtus d’une petite tunique, comme un simple drap ; ils descendaient quasiment nus dans les eaux du baptême, alors le vieil homme mourait dans les eau’ parce que le Christ était mort sur la croix à notre place pour nous permettre de mourir au péché. Et le nouveau baptisé ressortait vivant des eau’ du baptême, vivant d’une vie nouvelle, il était revêtu d’un vêtement blanc et il était appelé ’jeune homme’ car il venait de naître à la vie même de Dieu.

Certes les femmes n’ont rien dit, mais cela n’a aucune importance car, le message de Pâques est désormais confié à tous les baptisés : ce sont eux qui ont pour mission de le porter à leurs frères. Nous sommes tous porteurs du message de Pâques, tous les baptisés ont pour mission d’en être les témoins.

Ce message de Pâques demande cependant à être décrypté : “Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié ? Il est ressuscité, il n’est pas ici, mais allez dire à ses disciples : Il vous précède en Galilée, là vous le verrez”. Combien de gens s’interrogent : “Pourquoi Dieu est-il si silencieux, si lointain ? J’ai beau le prier, il ne répond pas. Oui, Jésus est au ciel, mais moi, je suis sur la terre !” Justement, voici que le message de Pâques vient répondre à toutes ces interrogations : Certes, Jésus n’est pas ici, c’est-à-dire, dans ces lieux de mort ! Il est ressuscité, il est Vivant ! Il vous précède en Galilée, c’est là que vous le rencontrerez. La Galilée, pour les disciples, était leur milieu normal de vie, le lieu de leur vie quotidienne et donc le message de Pâque est clair : Jésus nous précède tous dans la Galilée de nos vies quotidiennes, c’est là que nous le rencontrerons. Ne le cherchons pas là où il n’est pas, il nous précède dans nos vies quotidiennes telles qu’elles sont, dans la simplicité du quotidien. Là, nous le rencontrerons, là nous le trouverons.

Avec tous les baptisés de Pâques, nous avons à en être les témoins auprès de tous nos frères les hommes : “Jésus est vivant dans ma vie, j’en suis le témoin !

+ Jean-Pierre Cattenoz
20 Avril 2003