Laisse-toi conduire par moi

2007

Dieu appela Abraham et lui dit : “Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père et va là où moi je te conduirai.” Abraham se leva et se mit en route, il a fait confiance à Dieu, il s’est laissé conduire par Lui. Abraham, notre Père dans la foi, reste pour chacun de nous un modèle. À travers toute la Bible, Dieu ne cesse d’appeler l’homme à mettre ses pas dans les siens.

Moïse recevra pour mission de faire sortir son peuple de l’esclavage de l’Égypte pour le conduire dans la terre de la promesse. Ils mangeront la Pâque debout, la ceinture aux reins, les sandales aux pieds, le bâton à la main. Ils traverseront la mer à pied sec. La mer deviendra pour eux tombeau et berceau, tombeau de tous leurs ennemis partis à leur poursuite et berceau annonçant la naissance d’un peuple nouveau dont Dieu lui-même fera l’éducation pour lui apprendre à se laisser conduire par lui dans la confiance.

L’aventure du désert, l’aventure de l’exode annonce notre propre histoire, elle nous dit le désir de Dieu de nous libérer de tous nos esclavages pour nous conduire non plus dans la terre promise, mais dans sa propre intimité divine auprès du Père. Chaque année, le carême vient nous rappeler l’urgence de cet exode.

Lorsque le prophète Michée se demande comment plaire à Dieu, Dieu lui-même lui répond : “On t’a fait connaître, homme, ce qui est bien, ce que le Seigneur attend de toi : rien d’autre que d’accomplir la justice, d’aimer la bonté et de marcher humblement avec ton Dieu !

Et aujourd’hui encore, le Seigneur Jésus ne cesse de poser son regard sur nous et de nous dire : “Viens, suis-moi”. Son regard et sa parole viennent toucher mon cœur pour me donner la force de répondre oui et de me mettre en route à la manière de Simon et d’André ou des fils de Zébédée qui ont tout laissé pour le suivre.

Aujourd’hui encore, le Seigneur nous invite tous en nous disant : “Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive !” Il nous redit comme autrefois au jeune homme riche : “Va, vends tout ce que tu as, puis viens, suis-moi”.

Nous sommes tous des pèlerins, nous sommes en route vers la plénitude de la Vie. Saint Paul dans ses lettres nous le redira : “Laissez-vous conduire par l’Esprit”, “Marchez sous l’impulsion de l’Esprit Saint”, et il pourra affirmer : “Ceux-là seuls sont enfants de Dieu qui sont conduits par l’Esprit Saint”.

Une telle affirmation peut paraître inacceptable et pourtant, elle exprime la vérité la plus profonde de nos existences : le désir de Dieu est de nous faire partager toutes ses richesses divines, sa propre vie divine, il veut faire de nous ses amis. Mais, il le sait bien, l’amour ne peut s’imposer, il ne peut être qu’une réponse libre de l’homme, l’amour exige la liberté. Mais l’amour de Dieu est si fort qu’il nous a donné son Fils qui s’est fait l’un de nous pour venir nous prendre par la main et nous montrer le chemin de la vie et de l’amour. Il nous l’a dit : “Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie”.

Il a voulu aller encore plus loin. De son cœur transpercé sur la Croix, il a déversé des torrents d’amour sur le monde et cette source ne cesse de se répandre sur le monde, sur chacun de nous. Il nous a donné l’Esprit Saint et l’Esprit est en nous source d’amour, d’un amour qui veut faire toutes choses nouvelles en nos cœurs pour nous permettre de trouver le chemin de la Vie, le chemin de l’Amour.

Aujourd’hui, puissions-nous tous nous rappeler cette dimension inséparable de notre être de chrétien : nous sommes des êtres en marche. En route ! Jésus dans la puissance de son Esprit nous montre le chemin. Il nous devance dans nos vies quotidiennes, c’est là que nous le rencontrerons. Alors laissez-le prendre toute la place en vos vies ; il est Lumière, avec Lui vous marcherez dans la lumière et vous vivrez en enfants de lumière.

+ Mgr Jean-Pierre CATTENOZ
2007