Laissez-vous saisir par le Christ

4 décembre 2012

Mot de l’évêque - Eglise d’Avignon n°83

Au seuil de l’année de la foi, l’Église nous invite à contempler le Christ. Il est le Chemin, il est la Porte de la maison familiale. Il nous introduit à une vie de communion avec Dieu et avec tous nos frères en Lui, le Christ. Il nous reste à apprendre à vivre dans cette nouvelle famille, à vivre en enfants du Père et en frères et sœurs en Christ sous la conduite de l’Esprit d’Amour.

Cet apprentissage de la vie en Christ sera l’affaire de toute notre vie. Commencée au baptême, véritable renaissance dans le Christ, cette vie nouvelle envahira progressivement tout notre être. Elle puisera force et dynamisme au pied de la croix en s’abreuvant aux sources qui jaillissent du cœur transpercé de Jésus, source de la Vie et de l’Amour. Or la Vie est la lumière des hommes.

Le Christ est lumière pour nos vies, et si nous marchons dans sa lumière, les ténèbres n’auront plus de place en nous ; notre vie deviendra lumière en lui et nous vivrons de sa présence, dans la joie de nous savoir aimés de lui et appelés par lui à rayonner l’amour. Nous deviendrons ses amis et il nous donnera la vie, la vie en plénitude.

Comme la Samaritaine, nous avons besoin de venir au puits pour nous abreuver des eaux vives qui jaillissent du cœur transpercé de Jésus. La source de l’Amour, la source de la Vie est là, dans le Christ. Au seuil de cette année de la foi, je vous invite tous à redécouvrir avec le regard de la foi la beauté du Corps du Christ, la beauté de chacun des membres de ce corps que nous formons. Ensemble, en sachant nous enrichir de toutes les richesses de nos frères, comment ne pas nous émerveiller devant la beauté de l’Église, nous émerveiller les uns devant les autres.

Tous les hommes sont mes frères, car le Seigneur Jésus a donné sa vie pour tous et pour chacun. Au soir du Jeudi Saint, au moment où le disciple bien-aimé se penche sur la poitrine de Jésus et entend battre le cœur de Dieu, il est bouleversé car il perçoit la largeur, la longueur, la hauteur, la profondeur de l’amour de Dieu. Il découvre l’amour du Christ qui surpasse toute connaissance. Le lendemain, au pied de la Croix, il peut s’écrier : « Jésus, tu es mon Seigneur et mon Sauveur ! » Son cœur embrasé d’amour étreint tous ses frères et il brûle du désir de devenir à son tour, en lui, source d’Amour, véritable alchimie qui lui broie le cœur et lui donne de battre au rythme de Dieu.

Chrétien, deviens ce que tu es, deviens ce que tu reçois à chaque communion, vis dans l’action de grâce et la joie. Laisse-toi crucifier avec lui pour participer à ton tour et à ta manière au salut du monde. Unis-toi à lui pour vivre transfiguré en lui, pour vivre de sa présence, pour que ton cœur batte au rythme du cœur de Dieu. Telle est ta vocation, telle est notre vocation à tous. Alors à ton tour, tu deviendras source d’amour pour tes frères.

L’année de la foi, le cinquantième anniversaire du Concile Vatican II, les vingt ans du Catéchisme de l’Église Catholique, Diaconia 2013, autant d’événements qui vont marquer la vie de notre Église tout au long de cette année. Le Concile est la grande grâce dont l’Église a bénéficié au vingtième siècle, il nous offre une boussole fiable pour nous orienter sur le chemin du siècle qui commence. Le Catéchisme de l’Église Catholique est un outil merveilleux pour entrer plus profondément dans ce mystère de Vie et d’Amour, dans le mystère de l’Église, dans le Christ qui nous rassemble tous en lui.

Mais tout cela restera lettre morte si nous ne sommes pas habités par la charité, et Diaconia 2013 vient nous rappeler que seul l’amour compte. Nous sommes appelés tous et chacun à vivre d’amour car seule la charité édifie, et l’amour se prouve par des actes. Les saints sont là, non seulement pour nous rappeler que "seule la charité ne passera pas", mais également pour remplir une double mission auprès de nous : celle d’intercéder en notre faveur auprès du Père et celle de nous accompagner de leur présence comme des frères aînés pour nous permettre de réaliser notre unique vocation à tous, vivre d’amour et mourir d’amour. N’ayons pas peur de prier les Saints dans leurs intentions pour nous, ils savent, mieux que nous, ce qui est bon pour nous, et leur cœur bat au rythme de l’Amour.


+ Jean-Pierre Cattenoz
archevêque d’Avignon