Les dix fondamentaux de notre vie chrétienne

4 octobre 2015

1. L’amitié avec le Christ est le cœur de notre vie de chrétien

N’avons-nous pas à recentrer notre vie et la vie de notre Église sur l’Évangile en remettant au centre le Christ et l’amitié qui nous unit à lui ?

Devenir chrétien est la grande affaire de toute notre vie ; on ne naît pas chrétien, on le devient par une rencontre avec le Christ et par une vie avec lui en véritable amitié. L’amitié avec Jésus est le fond du fond de toute vie chrétienne. Par l’amitié avec Jésus et en lui, je deviens l’enfant bien-aimé du Père, je reçois l’Esprit Saint pour rayonner l’Amour. L’amitié avec le Christ nous ouvre à la pleine vérité de notre humanité.


L’amitié avec le Christ configure nos vies à sa vie à lui : une vie d’amour. Elle nous permet de vivre notre vie comme un don à nos frères dans une communion qui s’enracine dans le Christ. L’amitié avec le Christ est la raison d’être de l’Église. Elle existe pour offrir la possibilité d’une amitié personnelle avec le Seigneur Jésus. Ce qui est fondamental pour chacun de nous est une rencontre, un contact personnel avec Jésus et une connaissance de lui qui s’approfondit dans l’amitié.

2. Elle nécessite une conversion radicale

Impossible cependant d’entrer dans une authentique amitié avec le Christ sans vivre un vrai chemin de conversion et ce chemin sera l’affaire de toute notre vie. Nous n’en aurons jamais fini de nous convertir car le vieil homme a la peau dure ! Nous avons tous à entrer dans un processus permanent de conversion à la vérité de l’Évangile et ce n’est pas une affaire d’intelligence, mais une affaire d’amour. Nous sommes tous des pauvres qui marchent sur cette route de l’amitié avec le Christ et par là-même entre nous tous.

Cependant, même radicalement convertis, nous demeurons pécheurs et nous devons vivre notre fidélité au cœur même de toutes les blessures du péché que nous portons tous. L’engagement à une vie qui jaillit de l’amour du Christ nous permet de découvrir la miséricorde et sur ce chemin nous aurons à nous nourrir de la Parole de Dieu et des sacrements, spécialement l’eucharistie et la réconciliation, là se vit la rencontre avec le Christ et il nous donnera d’avancer sur le chemin d’une conversion radicale.

3. Elle nous donne de découvrir la joie d’être disciples

L’accueil joyeux de l’amitié avec le Christ nous conduit à devenir les disciples bien-aimés du Seigneur et à le rejoindre au pied de la Croix. Alors nous découvrons jusqu’où a été son amour pour nous et la joie jailli de nos cœurs.

Oui, notre joie d’être disciples s’enracine au pied de la Croix : la croix engendre mystérieusement une joie qui inonde toute notre vie.
Enfin, la joie de vivre en présence du Seigneur soutient toute une dynamique de vie dans la communion fraternelle.

4. Mais, malheur à moi si je n’annonce pas Jésus-Christ

Si j’ai vraiment découvert le Christ et si une amitié me lie à lui, alors j’ai envie de partager cette amitié pour permettre à tous mes frères de vivre la même expérience d’amour.

Notre témoignage de vie est une forme de première évangélisation et il ouvre l’autre à vivre lui aussi une rencontre avec le Christ.
Comment allumer ce feu de porter l’Évangile pour permettre à nos frères de découvrir cette vie d’amitié en christ et avec lui ?

Le nombre de convertis potentiels invités en paroisse, et le nombre de ceux qui ont réellement choisi de suivre le Seigneur Jésus sont un meilleur indicateur de la santé de notre Église que le taux d’assistance à la messe dominicale.

5. Dans la joie d’une vie habitée par la Parole

Accueillir Jésus comme ce qu’il dit être – “le chemin, la vérité et la vie” (Jn 14, 6) – est essentiel à l’entrée en amitié avec lui. Par l’accueil dans l’amitié de celui qui est la vérité, nous sommes libérés du scepticisme et disposés à embrasser l’autorité que Jésus représente et incarne : sa parole devient vitale pour nous. Chaque chrétien est invité à prendre chaque jour du temps au pieds du maître ; chaque paroisse doit également proposer aux chrétiens de se retrouver pour écouter et travailler ensemble la Parole.

6. Les sept sacrements, autant de moyens divins pour la sanctification de notre vie

L’amitié avec Jésus se vit dans la communauté ecclésiale et se nourrit des sept sacrements de l’Église. Tous les sacrements sont des rencontres avec le Christ et plus particulièrement le baptême et l’eucharistie.

L’eucharistie est vraiment la source et le sommet de toute vie en Christ, elle nous unit à lui et à son sacrifice, elle nous identifie à lui. Elle nous donne de vivre en communion avec le Christ et avec tous nos frères en Christ. En un mot, elle façonne notre vie dans l’amitié du Christ et de son corps qui est l’Église. En elle s’opère sans cesse notre salut, il ne cesse de mourir à notre place et de nous donner de renaître en lui.

Le sacrement de la réconciliation est également un moment fort de ma vie dans l’amitié du Christ. Dans le Christ, par le sang qui ne cesse de couler de son cœur transpercé, la miséricorde continue à me rejoindre pour me redonner la vie et l’amitié du Christ. Comment mieux vivre d’abord nous tous ce sacrement et ensuite comment le proposer comme une réalité vitale à tous ceux qui veulent vivre dans l’amitié du Christ ?

7. Impossible de participer activement aux œuvres de service et de charité sans être en état de conversion permanente

Nous avons constamment besoin de nous convertir pour vivre dans l’amitié du Christ et découvrir en lui toutes les solidarités qui nous unissent les uns aux autres. Le service de la charité s’enracine dans une vie en Christ et se déploie en Lui.

La conversion prend toute la vie ; la vie chrétienne est une vie de constante conversion qui devient une vie de croissance en charité et en sainteté. Rappelons-nous la réponse de Jésus à l’homme riche qui lui demandait ce qu’il devait faire pour avoir la vie (éternelle) : il doit faire don aux autres de tout ce qu’il a et de tout ce qu’il est pour suivre Jésus.

Cet effort constant de conversion est la source de toute œuvre de charité et de service. À leur tour, ces œuvres approfondissent l’amitié avec le Seigneur Jésus. Toute la diaconie doit être vue sous cet angle.
Comment voir toute la diaconie dans cette lumière de conversion transfiguratrice en Christ qui change mon regard sur mes frères et mon comportement avec eux ? Comment aider nos paroisses et nos organismes caritatifs à découvrir cette lumière ?

8. La joie de devenir membre du Corps du Christ, unique et complémentaire

Entrer en amitié avec Jésus-Christ, c’est devenir membre son corps qui est l’Église. Et comme le dit saint Paul : le Seigneur a donné aux uns d’être apôtres ou pasteurs ou évangélistes en vue de mettre les saints – c’est-à-dire tous les baptisés - en état d’accomplir leur ministère : construire le Corps du Christ (Cf. Ep 4, 11-12).

Où en est-on de cette vision de la complémentarité et de la mission respective des ministres et des laïcs au cœur de notre Église diocésaine ? Les laïcs prennent-ils vraiment leur place dans le corps du Christ, car comme le Concile Vatican II nous l’a rappelé : la mission des laïcs est d’abord et avant tout d’être présence du christ dans le monde !

La vocation laïque n’est pas d’abord une vocation au management ecclésial qui n’occupera qu’un petit nombre de laïcs. La vocation des laïcs est la vie évangélique : en famille, sur le lieu de travail, dans le quartier et dans les milieux de vie culturelle, économique et politique. Si nous avons à lutter contre le cléricalisme des clercs qui réduisent les laïcs “à prier, payer et obéir”, nous avons tout autant à lutter contre la cléricalisation d’un laïcat qui devrait se dépenser surtout dans les bureaux diocésains ou paroissiaux. La vocation des laïcs est de porter l’Évangile dans tous les endroits du monde où ils ont accès naturellement : leur famille, les médias, le milieu des affaires, de la culture, de la politique (cf. Redemptoris Missio 37).

9. La joie d’être à la fois créateur de culture et de contre-culture

Comme l’amitié avec le Seigneur Jésus façonne tous les aspects de la vie chrétienne, cette amitié est formatrice de culture. Ceux qui vivent en amitié avec le Seigneur Ressuscité parlent une langue particulière – où, pour ne prendre que deux exemples, “obéissance” et “pardon” ont un sens plus profond et plus riche que dans la culture actuelle. Nous vivons selon un agenda qui n’est plus celui de notre monde. Nous célébrons des rituels particuliers, nous observons des commandements particuliers, nous vénérons et transmettons une histoire particulière, nous percevons la vie et la mort en fonction d’un horizon particulier. L’amitié avec le Seigneur Jésus et la communion qui naissent de cette amitié sont l’anticipation de la Cité de Dieu dans la cité de ce monde. Nous avons une sorte de double citoyenneté en reconnaissant aussi bien la souveraineté du Christ Roi de l’univers que celle de la communauté politique dont nous faisons partie.

Comment vivons-nous personnellement et dans notre Église cette double appartenance à cette double Cité ?

Avons-nous le courage de nous affirmer disciples de Jésus face à la culture ambiante ?

10. La joie de la mission, la réalisation du projet créateur : être tous vivants en Christ

Tout ce que fait l’Église est ordonné à sa mission : annoncer l’Évangile pour que le monde se convertisse au Christ. Nous sommes en état permanent de mission. La mission est le critère de toute l’activité de l’Église. Dans la liturgie, l’Église reçoit la grâce sacramentelle requise pour la mission, même les contemplatifs participent à cette mission, ils sont le moteur spirituel de l’Église.

La mission est le critère de la vie catholique de tous et de chacun. Tout catholique est un apôtre, un missionnaire, un disciple missionnaire consacré par le baptême et mandaté par le Seigneur pour porter l’Évangile et appeler tous les hommes à entrer en amitié avec Lui

Nous savons que l’Évangile et les sacrements nous sont donnés pour pouvoir être transmis ensuite aux autres. La timidité ou l’égoïsme qui empêche d’offrir aux autres d’entrer en amitié avec le Seigneur Jésus est indigne de ceux qu’il appelle à témoigner. Tous les baptisés doivent être constamment formés pour les besoins de la mission. Certains témoigneront par la qualité de leur vie vécue en fidélité manifeste au Christ qui peut inspirer aux autres l’espérance d’acquérir une pareille foi et une pareille charité. D’autres le feront en proposant l’Évangile à temps et à contretemps, dans la confiance qu’une parole véritablement formée par la parole de Dieu ne peut pas rester sans effet. Quelle qu’en soit la forme, tous vivent la mission dans la joie, la confiance et la foi que le Seigneur a vaincu le péché et la mort et nous invite à vivre dès maintenant dans une communion d’amour avec Lui et avec tous nos frères en Christ.

Toutes ces affirmations sont-elles entrées dans la vie de nos paroisses et dans notre propre vie ?

+ Jean-Pierre Cattenoz
 archevêque d’Avignon