Les sources de toute vie chrétienne

12 mai 2017

Bloc-Notes, mai 2017

Au matin de la Pentecôte, l’Esprit Saint a rempli de sa présence tous les disciples qui étaient réunis dans la Maison Église. Immédiatement, ils commencèrent à proclamer les merveilles de Dieu et à témoigner de la puissance du Ressuscité : il prend sur lui le péché des multitudes, mon péché ; il meurt à ma place, à notre place, sur la Croix et sorti vivant du tombeau le matin de Pâque, il nous entraîne en lui sur le chemin de la Vie.

D’une manière paradoxale, les premiers chrétiens, des gens sans instruction ni culture répandent l’Évangile, la bonne nouvelle de Jésus, ils mettent le feu de l’amour de Jésus partout où ils passent. La force de l’Esprit Saint leur donne de témoigner, leur parole baignée dans la louange leur donne de briser toutes les chaînes et d’ouvrir toutes les portes. Les gens ont le cœur transpercé et tous leur demandent : « Que devons-nous faire pour vivre en chrétiens, pour vivre en Christ ? » La réponse est toujours la même : « Convertissez-vous, faites-vous baptiser et vous recevrez le don de l’Esprit Saint. » Le feu de l’amour de Dieu se répand partout, des petites “fraternités” chrétiennes naissent dans les maisons et se développent autour de quatre fondamentaux : « Ils étaient fidèles à l’écoute de la Parole de Dieu, à la communion fraternelle, à la fraction du pain et à la prière ». L’Esprit Saint a pris les choses en mains, il est au cœur de la vie des premières assemblées chrétiennes, le feu de son amour brûle dans les cœurs. Il conduit lui-même l’Église naissante ; par lui, elle devient une communion de frères, une grande fraternité en Christ.

Pour vivre en chrétien, aujourd’hui encore, il faut apprendre à vivre dans le Christ, il faut expérimenter la vie dans la famille de Dieu. Plusieurs étapes ponctuent cette croissance en Christ.
Tout commence par le baptême, une véritable nouvelle naissance qui nous donne de connaître Dieu vraiment, de l’aimer et d’aimer nos frères divinement, et enfin de marcher à sa rencontre sur le chemin du bonheur.

La confirmation en marque une autre étape, la mise en place en nous de ce qui permettra à l’Esprit Saint de venir au secours de toutes nos faiblesses quand et comme il voudra. Souvent, je n’arrive pas à aimer telle ou telle personne, mais si je demande à l’Esprit Saint de me donner son propre amour divin, je vais pouvoir dépasser toutes mes limites et aimer en plénitude : chacun peut en faire l’expérience. Si je n’arrive pas à prier, je demande l’aide de l’Esprit. Un chrétien en réalité est quelqu’un qui se laisse habiter et conduire par l’Esprit Saint, qui devient son ami au quotidien et ainsi vit en communion fraternelle avec tous.

Enfin, l’eucharistie, la messe vient nourrir cette vie nouvelle. Par l’écoute de la Parole de Dieu, la Parole prend vie en moi et me transfigure en Christ. Par la communion au corps du Christ, non seulement le Christ m’assimile à lui, je vis en lui, mais il m’invite à communier avec tous ceux qui sont appelés à vivre en lui. Chaque semaine, je suis invité à me nourrir ainsi, je ne peux pas m’en passer elle est une nourriture vitale pour vivre en chrétien.

Au moment où, dans beaucoup de paroisses, commencent les baptêmes, les confirmations et les premières communions, puissions-nous tous faire le point sur notre vie en Christ, sur nos liens avec l’Esprit Saint qui est à nos côtés, qui est en nous, toujours prêt à nous aider. Puissions-nous enfin redécouvrir l’importance de l’eucharistie : je ne peux pas vivre sans manger, je ne peux pas vivre en chrétien sans me nourrir du corps du Christ et de sa Parole.

+ Jean-Pierre Cattenoz