Mot de l’évêque

3 mars 2015

RCF, 27 février 2015

Visite Pastorale

Cette année, je visite le doyenné de Cavaillon-Isle sur la Sorgue, et ces jours-ci, j’ai été à Cavaillon avec beaucoup de joie.
La visite pastorale, c’est l’occasion d’encourager tout ce qui se vit de beau dans toutes les paroisses, de partager les soucis des prêtres, les soucis du conseil pastoral, du conseil pour les affaires économiques, et de voir ensemble comment faire grandir notre Eglise dans la vie ordinaire de nos paroisses. Ainsi, à Cavaillon comme ailleurs, j’ai rencontré le maire et certains de ses adjoints pour mieux connaître la réalité humaine de la paroisse. C’est important car les chrétiens vivent au cœur de la vie de la cité. Et entendre le maire me dire avec ses adjoints ce qu’ils font pour la vie de leur ville est extrêmement important pour une meilleure perception de la place de la communauté chrétienne au cœur de la ville aujourd’hui.

Durant ces visites pastorales, j’ai également une rencontre avec le conseil pastoral pour réfléchir sur la vie de la paroisse, puis une rencontre avec le conseil du curé pour les affaires économiques pour voir où en sont les finances de la paroisse. Je voudrais en profiter pour dire un immense Merci à tous les chrétiens qui portent à bout de bras, à longueur d’années, la charge de leurs prêtres. Nous sommes la seule association qui, à une telle échelle, est capable de faire vivre, d’année en année, l’ensemble de ses ministres ordonnés. Au nom de tous les prêtres, je dis Merci à tous les chrétiens qui se dévouent et qui font tout pour permettre aux prêtres de vivre dignement- sans grande richesse- mais de faire face à l’ensemble de leurs besoins.

Lors des visites pastorales, il y a également des rencontres avec tout ce qui se vit dans la paroisse ; ainsi à Cavaillon, j’ai rencontré la chorale, les équipes liturgiques, l’association chargée du patrimoine, les anciens, les petites mains, tous ceux qui se dévouent au service de la paroisse, le secrétariat. Il y a aussi les visiteurs de malades, ceux qui vont dans les hôpitaux, les maisons de retraite pour accompagner les malades et les mourants : vraie œuvre d’Eglise !
C’est donc l’occasion d’encourager l’ensemble des fidèles, des laïcs chrétiens au service de leur paroisse. C’est le Corps du Christ dont on appréhende la réalité dans ces visites pastorales ; voir comment chacun prend une responsabilité au cœur de la vie de la paroisse.

Dans le cadre de la visite pastorale à Cavaillon, nous avons eu le dimanche 22 février, l’appel décisif des catéchumènes. Plus de 30 personnes, hommes et femmes de tout âge, ont demandé le Baptême et seront baptisés dans la nuit ou le matin de Pâques. C’est une grande joie de voir comment Dieu a rejoint tous ces gens aussi différents qu’ils soient. Il y avait un certain nombre d’adolescents de 17-18 ans, de jeunes adultes, des adultes d’âge mûr et même des personnes âgées, qui tout à coup prennent conscience de l’importance du Baptême. Ils vivent vraiment une rencontre avec Dieu et les uns et les autres, nous sommes toujours bouleversés lorsqu’ils nous partagent leur cheminement vers la foi et la demande d’un baptême. Grande joie donc pour l’ensemble de la communauté chrétienne lors de cet appel décisif qui permet aux catéchumènes de pouvoir être baptisés dans leur paroisse par le prêtre qui les a préparés, et en même temps de recevoir simultanément les 3 sacrements qui font un chrétien : le Baptême, la Confirmation et l’Eucharistie.
Cet appel décisif est aussi l’occasion pour les catéchumènes de manifester leur entrée dans notre Eglise diocésaine du Vaucluse. Donc, un grand moment de joie, de prière : la Mère Eglise accomplit sa mission d’enfanter de nouveaux enfants. Elle remplira ensuite sa deuxième mission, d’être non seulement mère mais éducatrice, pour faire grandir ses enfants dans la Vie en Christ et en Eglise.

Retraites de confirmation pour les jeunes


Il nous a semblé important en dehors du cheminement que les jeunes vivent dans leur paroisse, de permettre aux jeunes, à quelques semaines ou quelques mois de leur Confirmation, de vivre un temps fort de retraite en dehors du diocèse, de manière à se laisser saisir par l’Esprit Saint. Quelques prêtres ont été chargés d’assurer l’ensemble des prédications ; ils les ont préparées ensemble de manière à permettre à tous les jeunes de vivre une véritable expérience de rencontre avec le Christ. Nous avons le souci de permettre à tous les jeunes qui veulent grandir en chrétien, de vivre une vraie rencontre avec le Christ, rencontre qui doit illuminer leur vie et leur permettre de cheminer en chrétien et surtout en Eglise. Car on ne peut pas être chrétien seul. Il est important que ces jeunes fassent l’expérience de cette vie en Eglise. Nous essayons d’avoir non seulement des prêtres pour les prédications, des communautés pour l’animation des chants, mais également de jeunes adultes qui vont partager aux confirmands leur propre chemin de conversion et de vie en Christ. Le témoignage d’une personne de 70 ans ou d’un jeune de 20 ans n’a pas du tout le même impact sur une jeune ! L’enjeu est de permettre aux jeunes de vivre une expérience de vie dans l’Esprit Saint et de découvrir l’Esprit comme Celui qui va les conduire à grandir en Christ et en Eglise.

Carême, conversion et réconciliation


Le temps du Carême est un temps où nous essayons de nous arrêter pour nous demander où nous en sommes dans notre vie chrétienne et même humaine. La conversion c’est de laisser le regard de Dieu se poser sur moi et de relire ma vie dans cette lumière venant de Dieu. Souvent nous sommes tellement pris par le quotidien que nous n’avons pas le temps de nous arrêter pour prendre un peu de recul, pour vivre ce regard sur nous-mêmes ; et puis à partir de là nous laisser interpeller par Dieu, et vivre une conversion, un changement de vie dans la lumière qui nous vient de Dieu.
Le Seigneur Jésus a voulu, pour notre vie chrétienne, des sacrements qui nous font chrétiens (Baptême, Confirmation, Eucharistie). En plus, pour ceux qui se sont laissé aller au péché, il y a un sacrement merveilleux, le sacrement du pardon : je viens déposer mes péchés au pied du Seigneur, devant un prêtre. Le prêtre, au Nom du Seigneur, va me donner le pardon de Dieu. C’est Dieu Lui-même qui va me re-donner la plénitude de la vie divine que j’avais reçue au Baptême et qui s’est délitée, dégradée par mon péché qui est une sorte de rupture avec Dieu. Dieu seul peut rétablir le pont pour me permettre de retrouver son amitié, son intimité.

Pendant le Carême, je souhaite que tous les chrétiens puissent faire l’expérience du sacrement de Réconciliation. Et si vous ne savez pas comment faire, n’ayez pas peur, allez trouver un prêtre, dites-lui votre désir de recevoir le pardon de Dieu, et c’est lui-même qui vous guidera dans la réception de ce merveilleux cadeau de Dieu.

Actualité


Je suis scandalisé par le dernier Charile Hebdo tiré à plus de deux millions d’exemplaires, quand je vois en couverture le Saint Père galvaudé dans une caricature avec des mâchoires énormes en train de dévorer. On a le droit d’être caricaturiste, mais dans le respect des personnes. Je suis étonné de voir la récupération politique autour d’un événement qui, lui, a été dramatique et nous a tous rassemblés. Mais derrière, il y a une authentique récupération politique.
Je ne suis pas Charlie et je souhaite que les chrétiens disent Non à une telle récupération, afin que nous puissions garder un petit peu de sagesse au milieu de toutes ces violences de Daech, de Boko Haram.
Prenons du temps pour prier pour les centaines de catholiques syriens enlevés récemment. Vont-ils être exécutés comme tant d’autres en Lybie ou ailleurs ? Le temps est au recueillement, à la prière. Le temps est aussi à une parole claire pour dire notre refus de toute violence. Chrétiens, juifs ou musulmans, nous devrions pouvoir avoir des paroles communes pour dire Non à toutes violences, d’où qu’elles proviennent.