Mot de l’évêque

3 avril 2015

RCF, 3 avril 2015

Elections départementales


J’ai été étonné du mode de fonctionnement des médias à l’occasion des élections départementales. Car on a surtout parlé des candidats en fonction de leur appartenance politique, mais on n’a peu ou pas parlé du tout de la mission qui allait être celle des élus dans le cadre de ces assemblées départementales. Quelle est-elle ? On sait ce qu’étaient les conseillers généraux, on sait que ces assemblées départementales vont voir leur mission évoluer, alors que les apports de l’état, eux, continuent à diminuer. On n’a eu peu de débats sur la mission de cette assemblée, notamment au niveau de la solidarité.

Personnellement, je souhaiterais que l’ensemble des élus, qu’ils soient des partis de gauche ou de droite, de l’extrême droite…que tous se rappellent qu’ils sont au service du bien commun et qu’à partir du moment où ils travaillent dans une assemblée départementale, ils ne devraient plus appartenir à un parti, mais ils devraient être au service du bien commun de l’ensemble du département. Il serait important d’avoir là un débat (pourquoi par sur RCF), de demander à un certain nombre d’élus de cette assemblée, de venir partager sur ce qui pourrait être non plus en fonction de l’appartenance à un parti mais en fonction des besoins de la réalité du Vaucluse -7ème plus pauvre département de France-. Comment les élus peuvent-ils se sentir responsables de la situation et travailler avec d’autres collègues d’autres partis, dans l’intérêt et le bien commun du Vaucluse ?

Le changement va être profond ; autrefois, il y avait des communes, des conseils généraux, et les préfectures. Aujourd’hui, les communes perdent progressivement de leur importance, au point qu’on peut penser que les communautés de communes vont devenir les véritables centres décideurs de la vie locale ; et les communes ne seront plus que des communes d’arrondissement. Au-delà de cette structure de communautés de communes, comment va fonctionner le département ? Comment va fonctionner la mixité homme/femme qui se met en place ? Car cette mixité est là véritablement pour se mettre au travail au service de tous, pour développer le département.

Semaine Sainte


Au moment où le Christ est mort crucifié dans des conditions atroces à Jérusalem, on veut s’associer à tous ceux qui, aujourd’hui encore, participent à cette Passion du Christ d’une manière souvent sanglante.
On sait très bien le nombre de victimes aujourd’hui dans un certain nombre de pays, la Syrie, l’Irak, les territoires dits occupés du sud de la Palestine… Combien de gens ont donné leur vie cette année, non seulement des chrétiens mais aussi des musulmans, des minorités très importantes !

On a l’impression qu’un courant musulman que sont l’état islamique et Daech veulent faire table rase de tout le passé et de toutes les minorités, avec comme choix : se convertir, s’enfuir ou être assassiné. Cela ne représente pas l’ensemble de l’Islam.

Nous, les chrétiens, dans le cadre de la mémoire du Mystère Pascal (mort et résurrection du Christ), nous voulons associer tous ceux qui, cette année, donnent leur vie. Les quêtes du Vendredi Saint viendront en aide à tous les chrétiens du Moyen Orient.

La prière nous permet aussi de nous unir à tous ceux qui souffrent.
Le jeûne a aussi une valeur extrêmement importante ; il n’est plus du tout le fait de me priver de viande pour un poisson, car je peux manger alors un homard merveilleux et ce ne sera pas du tout un jeûne ; par contre, je peux faire l’effort de me libérer d’un des esclavages qui est le mien : la télévision, le tabac, l’alcool, l’ordinateur ou autre chose, tout ce qui est pour moi une addiction. Le jeûne me permet de montrer que je suis capable de me libérer de mes esclavages pour retrouver un chemin de dialogue et d’intimité avec Dieu. Donc c’est permettre à ma personnalité humaine la plus vraie et la plus profonde de retrouver sa vraie dignité d’homme chrétien. Le Temps du Carême et spécialement la Semaine Sainte sont des temps où on doit pouvoir accompagner le Christ en veillant avec Lui. Puissions-nous tous avoir le désir de nous libérer de nos esclavages et retrouver un chemin d’intimité avec le Seigneur afin de retrouver notre dignité d’homme.

Quant au chemin de Croix, cela fait une dizaine d’année qu’on l’a remis en route dans la ville. Certains pourront invoquer la laïcité. Je dirai simplement que la rue est à tout le monde, et il est normal que toute association ait le droit, à partir du moment où on demande les autorisations prévues par la République.

Ainsi, nous, nous souhaitons manifester ce qui fait le cœur de notre vie le Vendredi Saint, même si nous avons droit à des quolibets ci ou là. Si nous levons les yeux, nous voyons que notre ville d’Avignon est remplie de signes de ses racines chrétiennes. La laïcité doit nous permettre surtout de retrouver une vraie fraternité, un mieux vivre ensemble, que je sois croyant chrétien, musulman, peu importe : nous avons à vivre ensemble, à nous respecter, à vivre une fraternité.
Quand j’étais curé de Sault, le parti communiste me prêtait pour ma kermesse des jeux et moi-même je prêtais d’autres jeux pour la fête de l’Huma sur l’Ile de la Barthelasse….

Bonnes Fêtes de Pâques à tous !