Mot de l’évêque

20 octobre 2015

RCF, 16 octobre 2015

Dossier des migrants :

Nous venons d’avoir un repas de travail avec la cellule de crise du diocèse, avec notamment une chrétienne qui travaille au centre d’accueil des demandeurs d’asile (CADA), avec aussi le chef de cabinet de Monsieur le Préfet, ainsi qu’un stagiaire énarque qui a en mains le dossier des réfugiés. Il semble que l’Etat soit en train de mettre en place un centre de premier accueil à Marseille. On pourrait ainsi accueillir des familles de réfugiés plus rapidement qu’on ne pouvait le penser. Le gros problème est la question du logement. L’Etat veut grosso modo que nous puissions accueillir les familles dans des appartements ou des maisons avec un bail signé dans un premier temps, entre le propriétaire et une société habilitée à accueillir les réfugiés ; au bout de 18mois, ce bail passera en bail civil normal.

Dans le diocèse, il y a beaucoup de bonnes volontés qui sont prêtes à mettre à disposition des logements pour 6 mois ou 1 an, mais qui ne souhaitent pas les voir loués pour 10 ou 15 ans. Or un bail normal est de 6 ans renouvelable, et dans le cas de réfugiés, on peut penser que les baux dureront assez longtemps. Comment ces bonnes volontés qui se manifestent, pourront-elles avoir vraiment leur place ? Par exemple : un réfugié est accueilli et logé par le CADA, mais on s’aperçoit au bout de quelques mois que celui-ci n’est pas encore capable de voler de ses propres ailes dans un appartement normal. Donc il doit encore rester et il faut qu’il y ait alors un accueil plus long pour cette personne ou famille-là. A ce moment-là, nous, nous pourrions servir de relais.

Il y a aussi le JRS, service jésuite des réfugiés qui permet la mise en place de chambres chez des particuliers : une personne réfugiée seule pourra être accueillie pendant un temps relativement restreint (jusqu’à 8 ou 9 semaines), chez un particulier. Ainsi cette personne pourra être accompagnée par la famille qui l’accueille, de manière à l’aider à émerger de sa situation et à trouver sa place dans une société qui n’est pas la sienne.

De manière assez large, l’Etat, je crois, ne sait pas trop où il va : la France a décidé d’accueillir 30 000 réfugiés hors circuit normal, car en général les réfugiés sont enregistrés dans le pays européens dans lequel ils arrivent en premier. La France, comme l’Allemagne, a décidé de faire la démarche d’enregistrement de réfugiés politiques en France. C’est donc une mise en place nouvelle et pour ne pas risquer d’être dépassé d’ici quelques mois, l’Etat souhaite avancer pas à pas avec prudence. Nous, de notre côté, avons beaucoup de bonnes volontés qui veulent avancer rapidement, car il y a urgence de la charité.
Au départ, le ministre de l’intérieur avait réuni les maires en pensant faire quelque chose au niveau de l’intérieur. Mais assez rapidement, ils se sont rendu compte que le réseau des mairies était beaucoup trop vaste, qu’il fallait un intermédiaire et que l’intermédiaire normal était les préfectures.
Actuellement donc, tout sera contrôlé et géré par les services de la Préfecture.

Cependant, la cellule de crise de l’évêché n’a pas eu de contact avec la mairie d’Avignon, sauf indirectement par le biais du Secours catholique. C’est peut être dommage, mais nous, nous ne travaillons pas à la même échelle puisque nous travaillons à l’échelle des logements du département. Ceci dit, les appartements locatifs passeront aux réfugiés répertoriés par l’intermédiaire des mairies. C’est donc une bonne occasion de collaboration entre Préfecture et mairies, quelles que soient nos convictions religieuses et nos positions politiques.

Lycée de Valréas

Voilà plus de 40 ans que Valréas attendait un lycée ! L’Etat y en avait fermé un et les jeunes étaient obligés d’aller soit à Nyons soit à Bollène. Devant cette réalité, devant Saint Dominique, lycée agricole qui avait besoin de se développer, devant le collège Saint Gabriel qui avait quelques difficultés, on a voulu réfléchir sur la mise place d’un lycée de l’enseignement catholique sur Valréas. Tout le monde s’y est mis : le primaire, le collège Saint Gabriel, le lycée Saint Dominique, et aujourd’hui il y a 2 classes de seconde qui se sont mises en place en cette rentrée. Ainsi à la rentrée 2016, il y aura des classes de première ; l’année suivante, on aura un lycée complet. On compte pouvoir progressivement élargir ce lycée en proposant un certain nombre d’options. Tous les responsables civils de Valréas nous ont soutenus et aidés autant qu’ils le pouvaient.

Pour l’instant les classes de seconde sont hébergées dans l’enceinte du primaire avec en plus un préfabriqué servant de classe de physique/sciences et d’un très beau laboratoire. Ensuite progressivement, le lycée et le lycée Saint Dominique quitteront le centre-ville de Valréas (où il ne restera que l’internat) et partiront s’installer dans cette zone nouvelle. Tout cela coûtera plusieurs millions. Toutes les aides de différents services de la région, du département et de l’Etat participeront à ce coût ainsi que l’enseignement catholique qui en aura sa part aussi.

Lectorat de Yannick Beauny

Depuis le Concile Vatican II, on a remis en place l’ordre du diaconat, comme un ordre permanent. Entre les laïcs et les prêtres, les diacres permanents sont ceux qui, au cœur de l’Eglise, deviennent serviteurs à l’image du Serviteur qu’était le Christ Jésus. Ils participent à la charge de l’évêque, comme les prêtres, mais au niveau d’être témoins du service : service de la Parole, service de la sanctification, service de l’accompagnement du peuple chrétien.

A Valréas, Yannick Beauny a été longtemps professeur au collège Saint Gabriel et en même temps animateur en pastorale. C’est même lui qui a lancé le programme « Chemin de Vie », premier programme mis en place sur le diocèse pour les collèges. Ce sera une grâce pour l’Eglise de l’Enclave et pour notre Eglise diocésaine d’avoir un nouveau diacre avant l’été prochain. C’est l’occasion de dire qu’il est souhaitable dans le diocèse qu’il y ait des laïcs qui soient prêts à se mettre ainsi au service de l’Eglise en tant que diacres permanents !