Mot de l’évêque

24 novembre 2015

RCF, 20 novembre 2015

Quelques jours après les attentats, je pense à cette grand-mère qui avait offert à sa petite fille un billet pour aller à un spectacle, et la grand-mère a dit : « Je lui ai offert la mort. »
Ces événements nous rappellent que la vie est fragile et que la vie telle que nous la concevons n’est pas le dernier mot de la vie. On peut se laisser prendre par la vie extérieure : on mange, on boit, on fait la fête, mais quel sens donne-t-on à notre vie ? Pourquoi suis-je ici-bas ? Quelle est la finalité de ma vie ?
Si les personnes qui sont mortes ainsi que leurs familles ont une foi vivante, alors elles pourront découvrir le sens des choses ; mais cela reste une horreur absolue de voir des vies fauchées à 20 ou 25 ans. Il faut se rappeler sans cesse que la vie ne nous appartient pas ici-bas, elle appartient à Dieu ; mystérieusement Il en demeure le maître. J’invite tout le monde à s’interroger : « Qu’est-ce que je fiche ici-bas ? Quel est le sens véritable de ma vie ? Quelles vont être mes priorités dans ma vie ? » Cela peut changer complètement ma manière de regarder et de vivre avec les autres aujourd’hui.

Parution d’un ouvrage sur les Cathédrales de Provence

C’est une collection qui a été lancée par l’archevêque de Strasbourg juste avant qu’il ne démissionne. Il avait voulu ce livre sur la cathédrale de Strasbourg pour une diffusion purement alsacienne ; ils ont été sidérés que 7000 exemplaires se soient vendus durant seulement le temps du marché de Noel. Ce livre vendu à 80 € était un véritable livre d’art avec des centaines de photos. Le livre s’est fait sous la direction de l’évêque du lieu avec des spécialistes dans chacun des domaines abordés (architecture, histoire, vie pastorale…l’ensemble des aspects de la vie d’une cathédrale). A partir de cela, on a une vision de ce qu’a été la vie de l’Eglise pendant 20 siècles. A travers le beau, on découvre ainsi comment les hommes ont cheminé dans leur foi au cœur d’une ville, d’une région pendant des siècles. Les responsables de l’édition et de la communication ont rencontré des personnes qui leur ont dit : « Pourquoi ne pas faire un volume sur les anciennes cathédrales de Provence et sur les cathédrales actuelles ? ». D’où ce livre qui vient de sortir avec l’idée de faire revivre toute la vie des anciennes et actuelles cathédrales de Provence. 21 cathédrales ont marqué l’histoire de notre Eglise en Provence.

Même s’il s’agit d’un ouvrage collectif, tous les évêques ont été appelés à écrire une présentation de leur cathédrale de manière à participer pleinement à la rédaction. Normalement, un volume à part, sera consacré à Notre-Dame des Doms, notre Métropole et cathédrale actuelle.
A propos du chantier de rénovation de la Métropole : on avait tous pensé qu’à l’automne elle pourrait rouvrir, mais lorsque les spécialistes ont commencé à regarder les tribunes, ils ont découvert des graffitis. Lorsque les restaurateurs travaillent, tout les intéresse….graffitis : histoires d’amours à travers les siècles... Donc ces dernières petites découvertes et d’autres sont l’objet d’études : tout répertorier, analyser. La réouverture de la Métropole a donc été retardée. Elle sera ouverte officiellement pour la célébration liturgique du Jeudi Saint. Une inauguration avec tous les corps de métier, les services de l’Etat, se tiendra une semaine ou deux auparavant.
Ce qui a été fait est une réussite, même si on n’a pas été au bout de la restauration (cela donnera du travail à mes successeurs !). Mais la Métropole va apparaître comme magnifique : la pierre va retrouver sa force primitive. Nous ouvrirons le 13 décembre prochain la porte de l’Année sainte de la Miséricorde. J’invite donc en cet après-midi du 13 décembre, les prêtres et les chrétiens qui le pourront, à venir. Comme on ne peut pas encore rentrer, car il y a des tranchées dans le sol, on n’entrera donc que dans le narthex ; on découvrira le sens de l’Année de la Miséricorde ; on ouvrira les Portes saintes et on chantera l’office de Vêpres. A l’intérieur on pourra voir une Croix ancienne et la Vierge de Notre-Dame des Doms. Cette année sainte se poursuivra ensuite dans les anciennes cathédrales jusqu’à ce que la Métropole soit rouverte le jour du Jeudi Saint.
A ce jour, il reste très peu de travaux à terminer dans cette restauration, mais il faudra aussi compter sur d’importants travaux de nettoyage suite à ces 2 années de travaux.

Association des directeurs de l’enseignement catholique

Ils veulent essayer de mettre l’accent sur le caractère propre de l’enseignement catholique. Il y avait eu, il y a quelques années à la faculté d’Aix-en-Provence, une journée de travail sur l’enseignement catholique et la législation française aujourd’hui. J’avais été étonné de voir les professeurs de droit nous dire qu’il était dommage que l’Eglise n’ait pas le courage de demander l’application de cette législation. Trop souvent nous nous laissons conduire par les décisions, les décrets d’applications de lois, alors qu’elles sont contraires au sens du législateur. Il serait important de pouvoir affirmer les droits de l’enseignement catholique. Par exemple, je me bats personnellement, pour que dans tous les établissements, il puisse y avoir 1 heure de transmission de la foi pour tous les élèves. Nous en avons le droit dans le cadre du caractère propre de l’enseignement catholique. Mais il y a des dérives, et on sacrifie souvent de manière étrange l’heure de transmission de la foi. A Valréas comme à Louis Pasteur à Avignon des parcours ont été mis en place et cela change véritablement la vie dans l’établissement.
L’association des directeurs de l’enseignement catholique souhaite donner une impulsion sur le caractère propre de l’enseignement catholique et il faut s’en réjouir !