Mot de l’évêque

4 décembre 2015

RCF, 4 décembre 2015

Polémique des crèches dans les mairies :

L’association des maires de France s’occupe peut-être de choses moins importantes que celles dont ils devraient s’occuper. Car en Provence, les crèches font partie de la vie dans la plupart des familles, même des familles non croyantes. La crèche fait partie des racines chrétiennes de l’Europe. Je trouve dommage que le patrimoine de notre passé ne soit plus respecté. Il s’agit peut-être de francs-maçons qui veulent absolument en finir avec l’Eglise, mais il est très mal placé de vouloir refuser notre passé, nos traditions enracinées dans l’Evangile et avant tout nos traditions ; dans les familles qui ne sont pas du tout chrétiennes, on fait une crèche : cela fait partie de la vie, de la fête de Noël.
Je souhaite qu’on arrête la récréation et qu’on remette en place nos traditions. On a la chance, en Provence, d’être très attachés à ces fêtes de Noël, avec tout le folklore qui les entoure. Personnellement, je monterai depuis la place principale d’un village jusqu’à l’église où on célèbrera en même temps Noël et la réception des travaux de restauration de l’église. Ça sera une joie d’être tous ensemble, de monter à l’église avec les tambourinaires et les fifres, tous ensemble, dans l’unité. Il me semble qu’avec tout ce que nous venons de vivre ces dernières semaines, qu’on puisse vivre ensemble des évènements comme Noël autour d’une crèche, cela fait partie de la Provence et de notre passé.

Fête d l’Immaculée Conception en Avignon avec interdiction de procession dans les rues de la ville

Il est normal qu’on se plie aux ordres du Préfet et qu’on obéisse. En même temps, c’est certainement plus important pour des terroristes, d’aller faire des attentats à Notre-Dame de Paris ou à Saint-Pierre de Rome, plutôt que dans une rue d’Avignon, un soir de mistral.
Pour des raisons de sécurité, la Mairie a interdit la Messe du Ban des vendanges sur la place du Palais …mais pendant tout le mois de juillet, il y a eu le Festival … Là je doute des raisons purement sécuritaires !

Elections

La région est une réalité qui prend de plus en plus d’importance dans notre pays. D’une manière plus générale, si le droit de vote a été si dur à faire passer pour qu’on puisse l’avoir, il y a un scandale de voir les gens ne plus aller voter. Mettez un bulletin blanc si vous voulez, mais allez voter. C’est un devoir de tous les citoyens, dans une démocratie, de pouvoir prendre la parole à l’occasion d’élections. Je suis gêné quand je vois des jeunes qui n’ont pas pris le temps d’aller s’inscrire dans la mairie dont ils dépendent. C’est un devoir citoyen, qu’on a tous à remplir. 
Quant à savoir pour qui voter, l’évêque et ses prêtres ont un devoir de réserve, de ne pas prendre position clairement pour un candidat ou pour un autre. Toutes les personnes engagées dans la vie de l’Eglise ont le devoir de voter mais elles ont le devoir de ne pas prendre position lors d’une homélie, d’une introduction de messe. Les citoyens ont un droit de vote ; nous n’avons pas à intervenir à ce niveau-là, sauf peut-être de rappeler bien en amont d’une élection, que tel ou tel parti peut ne pas avoir des prises de position conformes à la foi de l’Eglise. Aujourd’hui, la seule consigne que je donnerai aux prêtres, c’est un devoir de réserve.

Ouverture de la Porte Sainte le 13 décembre

Avant tout, je voudrais rappeler que le Saint Père, pour son premier voyage en Afrique, a voulu ouvrir par avance la première Porte Sainte à Bangui en Centrafrique, un pays en pleine révolution et guerre civile. C’est un geste fort de nous rappeler la solidarité, la communion que nous devons avoir avec tous nos frères d’Afrique, dans des conditions de vie très dures. Ce voyage était de rappeler que le Christ est venu pour tous les hommes et qu’aujourd’hui la Bonne Nouvelle de Jésus Christ doit être annoncée dans toute la brousse d’Afrique, dans tous les pays d’Afrique. L’Eglise a une parole et une mission formidables à porter dans ce continent en décomposition. Une des forces vitales partout actuellement en Afrique, c’est l’Eglise.

Pour revenir à l’ouverture de la Porte Sainte ici, Notre-Dame des Doms est toujours en cours de restauration qui ne sera finie qu’au printemps. Donc, nous faisons un geste symbolique le 13 décembre à 15h30, d’ouvrir la porte de la Métropole pour montrer le lancement de l’Année de la Miséricorde. Il y aura une petite célébration. Ensuite ce sont les anciennes cathédrales qui prendront le relais des Portes Saintes, jusqu’à la réouverture de la Métropole, qui normalement, devrait avoir lieu pour le Jeudi Saint avec la Messe chrismale solennellement célébrée, avec au préalable une inauguration pour remercier toutes les autorités civiles qui ont participé à cette restauration. N’oublions pas que la Révolution française a fait que toutes nos églises sont d’abord propriétés de l’Etat, et les cathédrales à un titre particulier, car c’est l’Etat lui-même qui les porte en charge et non pas les mairies. Et donc on tiendra, avant la Messe chrismale, à dire merci pour tout le travail accompli par la Direction régionale des affaires culturelles, par l’architecte des bâtiments de France, par l’architecte des monuments historiques, et par tous les corps de métiers qui auront travaillé pour la restauration de la Métropole.

Inauguration de l’exposition photos sur les voyages du Pape en Terre Sainte - le 7 décembre, Chapelle des Italiens en Avignon

Les voyages du Pape et des Papes en Terre Sainte ont eu une portée symbolique extrêmement forte. Rappelons-nous Paul VI, Jean Paul II, Benoît XVI, le Pape François en Terre Sainte. Depuis le Concile Vatican II, on a assisté à un renouvellement complet des relations entre les catholiques et nos frères juifs. Nous redécouvrons nos racines juives. Les Juifs sont nos frères aînés, et, ensemble, nous faisons partie du même peuple de Dieu. Moi-même je participe depuis l’année dernière à une rencontre annuelle pour permettre à des rabbins, des cardinaux et évêques de se rencontrer. Nous avons à déployer une communion de plus en plus grande entre nos frères aînés et nous-mêmes.