Mot de l’évêque

13 décembre 2015

RCF, 11 décembre 2015

Elections régionales :

Je suis tenu à un devoir de réserve : n’attendez pas de moi que j’invite à voter pour tel ou tel candidat ; par contre j’invite tout le monde à aller voter. Il est toujours étonnant de voir près de 50 pour cent de la population ne pas utiliser non seulement un droit mais plus encore un devoir de participer pleinement et activement à la vie politique de notre pays. Mais je voudrais également inviter nos hommes et femmes politiques à s’interroger sur leur manière de vivre la politique. Comment ne pas perdre confiance dans l’ensemble de nos forces politiques, quand leurs discours changent au gré des situations et des intérêts électoraux, et cela sans cohérence. Nous avons besoin d’un réel renouveau de toutes nos forces politiques, pour le bien des hommes et des femmes de notre pays, et la mise en place d’une authentique éthique politique où le bien commun devrait retrouver toute sa place.

Immaculée Conception

La Fête de l’Immaculée Conception, c’est vraiment la première fois où on peut regarder dans une personne humaine, la réalisation du projet créateur de Dieu, enfin réalisé. Quand j’essaie de réfléchir sur ce qu’est l’homme, sa vocation, je ne trouve en face de moi que des êtres blessés, défigurés par le mal et le péché. Et voilà qu’avec la Vierge Marie, j’ai enfin une créature pleinement humaine, mais répondant parfaitement au projet voulu par Dieu. Ainsi, elle nous montre ce que sera la réalisation du projet de Dieu en nous, si nous nous livrons à ce projet. Elle est en quelque sorte, l’icône de l’Eglise à venir, le modèle de notre propre vocation. Thérèse de l’Enfant Jésus avait entendu de nombreuses homélies sur la Sainte Vierge mais aucune ne l’avait vraiment intéressée ; pour elle, en réalité, la Vierge était une femme qui, comme tout le monde, a grandi dans la foi, a souffert, a pleuré ; elle n’est pas la statue qu’on nous montre dans trop de sanctuaires.
Le verbe « combler » employé par l’Ange dans l’Evangile de Saint Luc (comblée de grâce) est employé par Saint Paul lorsqu’il nous dit « Dieu nous a comblés de grâce dans son Fils bien aimé »…la même réalité sauf que nous, bien sûr, allons cheminer à un autre rythme ; cependant le projet de Dieu, comme Saint Paul nous le dit dans la Lettre aux Ephésiens, est que « nous soyons saints et immaculés en sa présence, dans l’amour, déterminant, par avance que nous serions pour lui des enfants bien aimés dans l’unique Bien Aimé ». Bien sûr que nous, nous en sommes incapables, mais dans le Christ, par la grâce du Baptême, de la Confirmation et par l’Eucharistie, je vais enfin pouvoir grandir dans ma véritable vocation qui est d’être fils dans le Christ.

Inauguration de l’exposition sur la visite du Pape en Terre Sainte

J’ai trouvé cette inauguration géniale … notamment par la photo exposée d’un rabbin, d’un imam et du Pape François se donnant l’accolade au pied du mur occidental….première vision de ce qu’on voudrait vivre tous au quotidien !
Ensuite la liturgie de Hanoucca célébrée sur le parking des Italiens : formidable aussi : le rabbin a fait cette prière que le peuple juif célèbre pendant une semaine !
Enfin, 50 ans de dialogue retrouvés par l’Eglise avec nos frères aînés que sont les Juifs, depuis Vatican II, ce beau texte de Nostra aetate, sur la manière dont nous devons revivre nos relations avec la communauté juive…et, en même temps, des papes qui l’un après l’autre, ont voulu concrétiser cela en allant en Terre Sainte et notamment Paul VI qui a été en Terre Sainte et qui a donné l’accolade et le baiser de paix au patriarche …et ce depuis la rupture du XIème siècle.
Il y a plusieurs courants en Israël :
Il y a le côté » laïc des autorités, et différents courants…mais je me rappelle que des rabbins me disaient qu’ils n’avaient pas l’habitude de parler de l’Amour de Dieu. Si nous, on a du mal à retrouver nos racines juives, on a à porter Dieu dans une véritable proximité avec Lui en Jésus Christ. Et j’avoue qu’ils sont toujours étonnés d’entendre parler de l’Amour de Dieu, de charité fraternelle de manière concrète.

Rencontre avec la vie religieuse

Dans le cadre de l’année pour la vie consacrée qui va se terminer fin janvier, et dans le cadre de la neuvaine de l’Immaculée, nous avons voulu proposer aux consacrés de venir prier avec l’Eglise diocésaine autour de la Sainte Vierge. Ce qui m’a beaucoup touché dans l’Eucharistie et la rencontre qui a suivi, c’est de voir comment, des hommes et des femmes, dans une vie ordinaire aujourd’hui, témoignent que Dieu seul suffit à habiter le cœur de l’homme, dans un monde où la consommation est devenue reine de tout, ; voilà des hommes et des femmes qui nous montrent que leur intimité avec Dieu suffit à habiter leur vie.
Le nombre de communautés présentes dans le diocèse est aussi un signe de la vitalité de notre Eglise. Depuis 2002, j’ai vu mourir de nombreuses communautés, et là, avec beaucoup de joie, on voit arriver des communautés qui nous apportent leurs propres richesses et qui marquent la vitalité de notre Eglise. Il va également y avoir une rencontre avec le Conseil diocésain de la vie consacrée, pour continuer à tisser des liens entre la vie de notre Eglise dans les paroisses, et la vie des différentes familles et communautés religieuses dans notre Eglise diocésaine.