Mot de l’évêque

1er mai 2016

RCF, 29 avril 2016

Réunion des conseils pastoraux :

Le but de ces rencontres, commencées l’année dernière, est de prendre conscience d’abord que tous les chrétiens de notre terre de Vaucluse appartiennent à la même Eglise. Il suffit de regarder les villages pour se rendre compte qu’ils se sont construits autour des églises et les églises sont toujours là...on commence cependant à voir, dans les secteurs inter paroissiaux, des personnes qui vont à la Messe dans le village d’à côté, mais c’est difficile. Prendre conscience qu’on appartient à une Eglise diocésaine, qu’à Valréas ou à Pertuis c’est une même Eglise qui avance ensemble, cela est un challenge extraordinaire. Cependant, je pense qu’il faut poser des actes petit à petit et les chrétiens prennent conscience de cette appartenance à une Eglise diocésaine.

J’évoquais en cette réunion, la future ordination d’un diacre permanent en faisant remarquer qu’elle se faisait à la Métropole, pour bien signifier qu’un diacre n’entre pas dans le clergé d’une paroisse mais dans le clergé du diocèse. Il est fondamental qu’on fasse Eglise ensemble ; car si un clocher décide de prendre telle orientation, un autre telle autre orientation, des gens diront qu’on ne se retrouve plus dans cette Eglise. Il est important donc qu’on travaille ensemble.
Le but de cette rencontre était de remuer des idées pour préparer un petit projet pastoral qui sera mis en place et proposé à l’ensemble des paroisses pour le mois de juin, afin de préparer la rentrée. Les paroisses ensuite, seront invitées à le mettre en œuvre concrètement.

Par exemple aussi, en cheminant vers Saint Gens, lors du pèlerinage, on va passer la journée ensemble à prier, à rendre grâce et cela va nous unir beaucoup plus profondément que ce que l’on pense. Il est donc important que nous puissions nous retrouver en Eglise diocésaine : c’est le but aussi du pèlerinage diocésain à Lourdes, du pèlerinage des malades avec l’Hospitalité, du pèlerinage des 6èmes, des retraites de Confirmation, des pélés VTT, tout cela permet d’apprendre à faire Eglise ; il y aura aussi les JMJ avec une centaine de Vauclusiens qui vont prendre la route vers Cracovie.

Nominations :

Je voudrais vous partager l’arrivée prochaine de deux congrégations :
- une congrégation de prêtres qui va venir dans un secteur paroissial, avec 2 prêtres et des séminaristes qui iront étudier au Studium
- une communauté religieuse féminine qui, dans son charisme, veut unir action et contemplation.

Réjouissons- nous de ces arrivées car depuis 14 ans que je suis archevêque d’Avignon, j’ai vu partir plus de 20 communautés religieuses en raison de leur vieillissement et de l’absence de vocations !

En fait, j’ai rencontré un religieux lors d’une rencontre au Sacré Coeur et l’idée m’est venue à ce moment-là, d’inviter cette congrégation de prêtres ; quant à la congrégation féminine, un prêtre du diocèse la connaissait et m’a exhorté à les inviter.

L’Église diocésaine est une réalité mais la grande réalité c’est l’Église universelle.
Saint Jean-Paul II et Benoît XVI nous ont invité à partager nos prêtres, à vraiment faire Eglise et le but de la conférence épiscopale française est aussi de vivre une communion entre toutes les Eglises.
Nous sommes une Eglise enracinée en terre de Vaucluse, et en même temps, nous avons à refléter le visage d’une Eglise universelle.

Confirmation

On sent bien que la grâce baptismale, sans la Confirmation, a du mal à se mettre en place, à déployer toute sa richesse. C’est prendre conscience qu’on a besoin de la présence en nous de l’Esprit Saint pour pouvoir vraiment venir au secours de toutes nos faiblesses, afin de remplir la triple mission du baptisé qui est :
- d’abord de devenir un saint, en se laissant habiter et conduire par l’Esprit Saint,
- ensuite trouver sa place dans le Corps du Christ qui est l’Église, car on ne peut pas appartenir à un corps sans en être un membre vivant, rayonnant ; à chacun est donné une grâce non pour sa sainteté personnelle, mais pour l’Église, pour la construction de sa paroisse, de son aumônerie,
- la troisième dimension est de devenir des disciples missionnaires et c’est peut-être ce qui manque le plus dans notre Eglise ; et il faut réveiller les baptisés pour qu’ils prennent conscience que ce sont eux qui doivent devenir des témoins de Jésus au cœur de leur vie quotidienne.
Le Pape a dit aux jeunes, à l’occasion de leur Jubilé : « Vous avez besoin de Jésus ! »
Ceci dit, il y a 14 ans, on aurait été incapable de rassembler beaucoup de jeunes pour des réunions en province et maintenant nous sommes capables de rassembler comme pour le pélé VTT, les JMJ ...La pastorale des jeunes fait un travail formidable !