Quelques réflexions sur le dossier « Homosexualité et Ministère ordonné » publié dans la Documentation Catholique le 1er janvier 2006

2006

Le 29 novembre 2005, la congrégation pour l’Education Catholique publiait une instruction sur les critères de discernement vocationnel au sujet des personnes présentant des tendances homosexuelles en vue de l’admission au Séminaire et aux Ordres Sacrés.

Fidèle lecteur de la Documentation Catholique, j’ai été très étonné de voir publier dans le numéro 2349 du premier janvier 2006 et dans le cadre d’un dossier sur “Homosexualité et Ministère ordonné” un article de l’ancien Maître général de l’Ordre des Frères Prêcheurs, le Père Timothy Radcliffe, article intitulé “Des homosexuels peuvent-ils être prêtres ?”.

Début mars 2006, j’ai écrit au Père Vincent Cabanac, rédacteur en chef de la Documentation Catholique, pour lui dire mon vif désaccord avec la publication d’un tel article par la Documentation Catholique à titre de commentaire d’un document romain. N’ayant eu aucune réponse de sa part, je rends publiques les réflexions suivantes :

Le Père Timothy Radcliffe prend clairement des positions contraires au document du Magistère. Il en arrive à mettre clairement sur le même niveau secondaire l’orientation sexuelle homosexuelle ou hétérosexuelle. L’important étant la maturité et non la tendance. Par de tels propos, il s’inscrit en faux contre le fond du document romain.

Il est important de rappeler le Catéchisme de l’Église Catholique dans son numéro 2357 : “L’homosexualité désigne les relations entre des hommes ou des femmes qui éprouvent une attirance sexuelle, exclusive ou prédominante, envers des personnes du même sexe. Elle revêt des formes très variables à travers les siècles et les cultures. Sa genèse psychique reste largement inexpliquée. S’appuyant sur la Sainte Ecriture, qui les présente comme des dépravations graves (Cf. Gn 19, 1-29 ; Rm l, 24-27 ; 1 Co 6, 10 ; 1 Tm 1, 10), la Tradition a toujours déclaré que "les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés" (Congrégation pour la Doctrine de la Foi, déclaration ‘Persona humana’ n.8). Ils sont contraires à la loi naturelle. Ils ferment l’acte sexuel au don de la vie. Ils ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable. Ils ne sauraient recevoir d’approbation en aucun cas.

Par ailleurs, il me semble erroné d’affirmer purement et simplement que la vocation est un appel de Dieu et que si Dieu appelle, on ne voit pas pourquoi l’Église refuserait de se ranger à l’appel de Dieu. Certes, le Père Timothy ne le dit pas, il rappelle que le document du Magistère affirme bien que “la vocation est reçue par l’intermédiaire de l’Église, dans l’Église et pour le service de l’Église”, mais c’est pour ajouter immédiatement après : “Mais c’est Dieu qui appelle” et pour reprendre en fin de paragraphe : “Et on peut bien supposer que Dieu continuera à appeler au sacerdoce aussi bien des homosexuels que des hétérosexuels, parce que l’Église a besoin des dons de chacun d’eux”. Là encore, la lumière du Catéchisme de l’Église Catholique est importante : « Nul n’a un droit à recevoir le sacrement de l’Ordre. En effet, nul ne s’arroge à soi-même cette charge. On y est appelé par Dieu. (Cf. He 5, 4.) Celui qui croit reconnaître les signes de l’appel de Dieu au ministère ordonné, doit soumettre humblement son désir à l’autorité de l’Eglise à laquelle revient la responsabilité et le droit d’appeler quelqu’un à recevoir les ordres. Comme toute grâce, ce sacrement ne peut être reçu que comme un don immérité. » (n°1578).

Par contre, l’appel à la sainteté est un appel universel adressé à tout homme et le Catéchisme de l’Église Catholique dans les numéros qui suivent le numéro 2357 rappelle à juste titre les exigences de vie adressées aux hommes et aux femmes qui présentent des tendances homosexuelles foncières : “Un nombre non négligeable d’hommes et de femmes présente des tendances homosexuelles foncières. Ils ne choisissent pas leur condition homosexuelle ; elle constitue pour la plupart d’entre eux une épreuve. Ils doivent être accueillis avec respect, compassion et délicatesse. On évitera à leur égard toute marque de discrimination injuste. Ces personnes sont appelées à réaliser la volonté de Dieu dans leur vie, et si elles sont chrétiennes, à unir au sacrifice de la Croix du Seigneur les difficultés qu’elles peuvent rencontrer du fait de leur condition. Les personnes homosexuelles sont appelées à la chasteté. Par les vertus de maîtrise, éducatrices de la liberté intérieure, quelquefois par le soutien d’une amitié désintéressée, par la prière et la grâce sacramentelle, elles peuvent et doivent se rapprocher, graduellement et résolument, de la perfection chrétienne.” (n°2358 - 2359).

Je ne peux que redire mon désaccord avec la publication d’un tel article par la Documentation Catholique à titre de commentaire d’un document romain.

Habituellement j’apprécie la qualité de la Documentation Catholique et c’est pour cela même que je me devais de faire part de mon désaccord pour la publication de l’article du Père Timothy Radcliffe.

+ Mgr Jean-Pierre CATTENOZ
2006