Vivre en l’Eglise aujourd’hui (4)

14 décembre 2002

“Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi, vous soyez en communion avec nous. Et notre communion est communion avec le Père et avec son Fils Jésus-christ.” (1 Jn 1, 3)

L’Eglise : Famille de Dieu

Saint Paul écrivait aux chrétiens d’Éphèse : “Vous êtes de la famille de Dieu” (Ep 2,19). Oui, nous sommes de la famille de Dieu, voilà la Bonne Nouvelle ! Le Père ne cesse de nous engendrer mystérieusement ; un même sang circule dans nos artères et c’est le sang du Christ ; un même Esprit nous anime et c’est l’Esprit Saint. Jésus est notre frère et, en lui, l’Esprit nous unit pour dire Abba, Père, Dans l’Église, Famille de Dieu, nous recevons une nouvelle vie, personnelle et sociale. Dans l’Église, Famille de Dieu, nous avons été enfantés à la vie divine, nous nous sommes laissés construire et façonner selon toutes les grandes valeurs qui font vivre la communauté tout entière, valeurs de fraternité, de partage, de solidarité, de communion, autant de signes de notre appartenance à la Famille de Dieu.

Appelés à vivre en enfants au sein de la famille de Dieu, nous avons à nous laisser façonner par cette vie nouvelle à l’image de celle qui unit le Fils à son Père dans l’Esprit. La joie du Fils est d’abord de se recevoir de son Père dans une attitude de dépendance radicale, les mains toujours ouvertes, mais les mains toujours comblées. De son côté, le Père donne tout ce qu’il est et tout ce qu’il a à son Fils en l’engendrant, c’est sa joie, c’est sa vie. La primauté du Père n’écrase pas le Fils, il est la Source, mais il ne s’en vante pas ! Pas plus que la jalousie, l’orgueil n’existe en Dieu ! Le Fils est entièrement tourné vers le Père pour lui dire : “Abba ! Père !” L’Esprit Saint est comme au point de rencontre de ce que le Père et le Fils sont l’un pour l’autre, comme l’expression vivante de leur amour réciproque.

Ainsi entre le Père, le Fils et l’Esprit, il existe une indicible vie de communion. Chacun des trois se reçoit des deux autres à sa façon dans la joie et l’action de grâce. Chacun des trois trouve sa joie et sa plénitude dans les deux autres.

Toute la communauté trinitaire est impliquée dans le projet créateur, chacun à sa manière, comme Père, Fils ou Esprit. À aucun moment le Père ou l’Esprit ne sont étrangers à l’œuvre du salut accompli par le Fils. Toute activité jaillit du Père, progresse par le Fils et se parachève dans l’Esprit Saint écrit Grégoire de Nysse. Ensemble, le Père, le Fils et l’Esprit s’engagent dans une relation permanente avec le monde des hommes, ce monde qu’ils appellent sans cesse à entrer dans une dynamique de communion fraternelle et de vie en Dieu. Car le Père, le Fils et l’Esprit sont identiquement ouverture et partage.

Modèle en un sens inimitable que la vie trinitaire, mais combien stimulant pour nous, il nous appelle à un dépassement de nos vécus culturels et humains. À l’image de la vie trinitaire, l’Église, Famille de Dieu, est appelée à restaurer le tissu fraternel et communautaire déchiré par la méfiance et les phénomènes d’exclusion, par les rivalités meurtrières de la jalousie et des égoïsmes, pour vivre en frères dans l’échange, le partage et la communion.

+ Jean-Pierre Cattenoz
14 décembre 2002

 [1]