Mot de l’évêque

22 février 2016

RCF, 19 février 2016

Prêtres missionnaires de la Miséricorde reçus par le Saint Père :

Notre petit diocèse a été très bien représenté : il y avait environ 1100 missionnaires de la Miséricorde et nous, pour notre diocèse, nous en avions 4, qui ont même pu approcher le Saint Père, lui parler. Il ne s’agit pas d’un ministère extraordinaire. Il s’agit essentiellement de rayonner la miséricorde et d’aider l’ensemble d’une Église diocésaine à la rayonner. Dans ce grand jubilé de la Miséricorde, c’est une chance pour nous tous ; chacun de ces 4 prêtres, là où il est , doit être missionnaire de la Miséricorde. Les tempéraments sont différents et chacun va apporter sa note toute particulière. Je pense à Pierre et tout ce qui touche à l’Adoration Eucharistique et au sacrement de Réconciliation ; pour les Frères de la Parole, ce sera l’accueil des plus pauvres : comment la Miséricorde nous permet de les rejoindre en nous sentant nous aussi des pauvres, à la mettre en œuvre ; pour Paul, ce sera dans la joie de la Métropole restaurée pour signifier la manière dont les hommes au fil des siècles vivent la Miséricorde ; l’ensemble rejoindra tous les jeunes également de l’enseignement catholique. Un des missionnaires veut même mettre en place des serviteurs de la Miséricorde, des messagers qui seront de jeunes adultes qui vont eux aussi pouvoir témoigner de ce que la Miséricorde de Dieu a fait dans leur cœur.

Ces prêtres missionnaires de la Miséricorde seront appelés à parler un peu partout, à aider leurs frères prêtres et tous les chrétiens à vivre ce service de la Miséricorde. Rappelez-vous dans l’Évangile, cet homme pollué par tous ses démons (comme aujourd’hui), et voilà que le Seigneur le guérit ; il veut rester avec Jésus et Jésus lui dit qu’il ne va pas rester avec Lui mais plutôt : » Va chez toi, va dans ton village auprès des tiens, et dis-leur comment Dieu t’a miséricordé » comment Dieu a agi dans sa miséricorde pour te miséricordier !

Nous avons eu dimanche dernier, un Évangile qui devrait faire réfléchir tous nos hommes politiques de tout bord : le démon a l’audace de dire : « Le pouvoir de tous les royaumes de la terre m’a été donné et je le donne à qui je veux. » Cela devrait faire trembler tous les chefs d’état du monde, qui devraient se demander : « est ce que je suis vraiment au service du bien commun ou manipulé par le démon ? »
Aujourd’hui, quand on voit ce qui se passe en Syrie, en Turquie, en Libye, partout, et même en notre pays, personne n’y échappe : le pouvoir des royaumes de ce monde est quelque chose de terrible.
Dieu va nous sauver au cœur même de notre péché. Pendant ce temps de Carême, découvrons que la miséricorde divine a voulu nous sauver au cœur de notre misère ; mais Il ne va pas le faire, parce qu’Il veut qu’on se remue dans notre misère, mais parce que son Amour infini de Miséricorde va nous rejoindre au cœur même de notre misère. Tant que je n’aurai pas compris que je suis un homme boiteux, mal foutu, je n’aurai rien compris à l’Amour de Dieu pour moi.

Dans l’Évangile de la femmes adultère : tous les vieux sont partis car Jésus avait dit « que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre » ; Jésus reste alors seul avec la femme et lui dit : « Moi aussi je ne te condamne pas mais va et désormais ne pèche plus », change de vie.
Nous pensons que parce que Dieu est bon papa gâteau, Il va passer l’éponge sur tout ! Il nous a donné la liberté et Il respectera cette liberté.

Appel décisif

J’ai été bouleversé cette année de voir comment les catéchumènes sont dans la joie à l’approche de leur baptême. Après l’appel décisif qui a eu lieu à la cathédrale de Cavaillon, on a partagé le repas et ils portaient sur leur visage la joie de devenir enfants de Dieu. On a eu des témoignages fabuleux dont celui d’une femme perdue depuis quelques années, repliée sur elle-même ; elle allait passer Noël toute seule. Elle a mis sa table de Noël, et en face d’elle, elle avait mis une seconde assiette... truc bête car elle n’attendait personne ! Et tout à coup, au moment où elle commençait à manger, elle a eu la certitude que Dieu était là, attablé face à elle ; et cela a changé sa vie ; depuis 2 ans et demi elle se prépare à être baptisée, confirmée et elle va s’unir au Christ dans la joie de Pâques. Les incroyants ou les athées peuvent se dire que c’est la folie d’un curé ou d’un évêque...c’est une réalité qui se vit et la joie sur les visages de tous ces catéchumènes était bouleversante.


Pèlerinage diocésain à Paray-le-Monial

Ce fut une retraite un peu particulière parce que c’est décontracté, et en même temps, il y a une grâce du lieu qui vous saisit. Le Père Paco et moi avons donné des enseignements ; le recteur des sanctuaires nous a fait cheminer avec les autres chapelains et je crois que le Seigneur a touché les cœurs. On rejoint le Cœur de Jésus et sa Miséricorde coule de son Cœur transpercé. Je pense que personne n’est rentré sans avoir été touché par la Grâce. Je souhaite que chaque année on puisse continuer à vivre ce pèlerinage humble, petit, et j’invite tout le monde à connaître la Grâce de Paray.

Assemblée générale de l’Institut catholique de Lyon

Quand il y a eu la création de l’Institut catholique de Lyon, l’archevêque de Lyon a demandé aux évêques du sud de la France d’être présents comme évêques protecteurs de ce projet qui se mettait en place. Ces évêques sont restés les protecteurs de la catho de Lyon, et chaque année, je vais à l’assemblée générale. Cette année, elle était un peu particulière puisque c’était la première année dans les nouveaux locaux ; depuis quelques années en effet, on travaille à la délocalisation de l’Institut catholique ; on a racheté l’ancienne prison de Lyon, on a gardé la chapelle qui est devenue le cœur de l’université. Les locaux sont ouverts, aérés. Ainsi, au cœur même de l’université de Lyon, la catho prend une place véritable ; un recteur formidable insère la catho dans l’ensemble des universités de Lyon et travaille avec l’ensemble des partenaires. Le matin nous avons eu l’assemblée générale et l’après midi, les évêques avaient rendez vous avec la faculté de philosophie et de théologie. C’est une université qui a vraiment trouvé sa place !