Avec tous mes vœux

1er janvier 2008

Mot de l’évêque - Église d’Avignon n°35 - janvier 2008

Je voudrais vous offrir mes vœux en ces premiers jours de l’année. Je pense tout d’abord à mes frères, les prêtres du diocèse, mes premiers collaborateurs dans le service de notre Église.

Je voudrais leur dire merci pour le don qu’ils font d’eux-mêmes dans le quotidien de leur vie pour être disponibles à tous ceux qui viennent leur demander un sacrement, un baptême, une préparation au mariage ou simplement à être écoutés avec tout l’amour de Jésus. Humblement, dans chacune de nos paroisses, ils sont la présence rayonnante du Christ bon pasteur. Puisse l’Esprit Saint vous donner force et joie tout au long de cette nouvelle année à travers ce beau ministère qui est le vôtre. Je pense aussi aux prêtres qui sont venus de l’extérieur pour nous aider, je voudrais leur dire merci pour ce service qui répond aux besoins actuels de notre Église diocésaine. Ils sont le signe que l’Église est toujours missionnaire, autrefois de nombreux missionnaires sont partis de notre terre de Provence pour annoncer l’Évangile dans le monde entier ; aujourd’hui c’est nous qui avons besoin de leur présence et nous pouvons la vivre comme une entraide fraternelle souhaitée et voulue par Jean-Paul II et Benoît XVI. Je pense à mes frères les diacres permanents et je voudrais leur dire merci pour être au cœur de notre Église le signe de la présence du Christ serviteur de tous. Puissent-ils tout au long de cette nouvelle année rayonner la charité du Christ à travers leur participation la triple charge épiscopale d’enseigner, de sanctifier et de conduire le peuple de Dieu.

Je pense à toutes les catéchistes qui participent à la transmission de la foi aux jeunes de notre diocèse ; puisse l’Esprit Saint les accompagner et les combler de ses dons pour ce beau service de première évangélisation et de catéchèse qu’elles accomplissent auprès des jeunes dans des conditions souvent difficiles.

Je pense à tous les séminaristes du diocèse qui se forment en vue de prendre leur part du ministère ; je prie pour que, cette année, ils entrent dans une intimité toujours plus grande avec Jésus, « le modèle unique » pour reprendre les mots du bienheureux Charles de Foucauld, ainsi ils se prépareront vraiment à devenir ministres du Seigneur. Enfin, je ne voudrais pas oublier les ministres institués et tous ceux et celles qui œuvrent pour le service de notre Église diocésaine. Je pense même tout spécialement à celles qui s’occupent de l’entretien de nos églises, je tiens à leur dire merci et je prie pour que le Seigneur les accompagne de sa présence divine tout au long de cette année.

Je pense à toutes les communautés religieuses et à toutes les communautés nouvelles apostoliques qui participent à la mission à travers leur charisme ; elles sont indispensables à la vie de notre Église et je voudrais leur dire merci pour la façon dont elles rayonnent l’amour de Jésus dans le quotidien de leur vie. Puisse l’Esprit Saint les combler de sa force et de son amour. Je pense également à toutes les communautés contemplatives, qui comme autrefois Moïse sur la montagne, intercèdent pour la vie de notre Église ; elles sont en quelque sorte un poumon vital à la vie de notre Église. Je rends grâce pour ces hommes et ces femmes qui sont le signe que Dieu seul suffi t à habiter le cœur de l’homme.

Enfin, je pense à tous les baptisés qui œuvrent pour accomplir leur vocation en étant présence du Christ dans leur vie professionnelle, associative ou familiale. Leur mission est formidable. Puisse l’Esprit Saint les accompagner pour que la lumière de l’Évangile éclaire notre monde et que leur témoignage touche les cœurs de nos frères les hommes.

Pour terminer, je ne saurais que nous inviter tous à ne pas oublier les plus pauvres et les plus démunis de nos frères, que ce soit les malades, les sans-abris, les prisonniers, les personnes seules, tous ceux qui se battent pour pouvoir mener leur vie dans la dignité. N’oublions pas non plus qu’en Provence, nous sommes des privilégiés par rapport à bien des peuples du monde et que cela doit nous conduire à ne pas nous refermer sur nous-mêmes mais au contraire nous faire prendre conscience de l’urgence d’un authentique partage avec nos frères.

Avec tous mes vœux !

+ Mgr Jean-Pierre CATTENOZ
1er janvier 2008