De la nuit de Pâque au matin de Pentecôte

juin 2007

Quelle est donc la spécificité du temps pascal ? Pour y répondre, je voudrais relire avec vous dans l’Évangile de Luc et dans les Actes des Apôtres ce que les premiers disciples ont vécu durant les cinquante jours qui les ont conduits au matin de Pentecôte.

Luc aborde le mystère de la Résurrection de manière abrupte. Le bilan n’est vraiment pas très brillant. Au matin de Pâque, ni les femmes, ni les disciples, ni même Pierre ne réalisent ce qui vient de se passer. Les disciples vont même jusqu’à penser que les femmes ont perdu la tête et que leurs propos sont délirants. Ils n’arrivent pas à croire ! Il faut que le Ressuscité reprennent les choses en main.

Il rejoint donc les disciples qui tout tristes rentraient chez eux à Emmaüs. Il les rejoint et il fait route avec eux. Aujourd’hui encore, il nous rejoint tous dans l’aujourd’hui de nos vies pour faire route avec nous. Il est là, il règle ses pas sur les nôtres. Il pose alors une question aux disciples : “De quoi discutiez-vous en chemin ?” Et eux lui partagent la tristesse qui habite leur cœur. Aujourd’hui encore, Jésus nous pose la question : “Qu’est-ce qui habite ton cœur, ta vie ? N’aie pas peur de me dire les secrets de ton cœur !

Puis, après nous avoir laissé parler, il reprend les choses en main, il relit avec nous la parole de Dieu qui devient lumineuse de la lumière même de celui qui est la lumière du monde. Notre cœur comme autrefois celui des disciples devient tout brûlant, brûlant de l’amour de celui qui est la source de l’amour.

Alors comme autrefois, un cri jaillit de notre cœur : “Reste avec nous !” Nous voulons continuer à marcher avec lui à travers la bible sur nos routes quotidiennes. Alors comme autrefois, il entre pour rompre le pain avec nous et au moment même où nous le reconnaissons à travers le geste du pain partagé, il disparaît. En fait, nous n’avons plus besoin de sa présence physique car il nous a donné une autre présence merveilleuse, plus profonde et plus belle encore. Il est là présent dans sa Parole ; il est là dans le pain et le vin devenu son corps et son sang ; il est là au milieu des chrétiens rassemblés et tout cela est devenu possible par sa présence en celui qui préside l’assemblée, l’évêque ou les prêtres ses collaborateurs. Mais il a voulu davantage encore : il nous donne de nous unir à lui, de communier à son corps pour que nous devenions ce que nous recevons jusqu’à ne plus faire qu’un avec lui ; il est là en moi, je n’ai pas à aller loin pour le trouver. Et en se donnant à nous, il nous donne de communier les uns aux autres comme les membres d’un même corps. Oui, l’eucharistie dominicale fait l’Église, construit l’Église, d’où son importance vitale pour nous tous. Après cela, nous pourrons comme les disciples d’Emmaüs témoigner de Jésus vivant dans nos vies !

Mais regardons les Actes des Apôtres, l’auteur nous dit que pendant quarante jours Jésus ressuscité a donné dans l’Esprit Saint ses instructions aux apôtres qu’il avait choisis. Aussi, si vous voulez vivre pleinement le temps pascal, prenez du temps chaque jour pour lire ou relire un évangile pour recevoir à votre tour dans l’Esprit Saint les instructions du Seigneur puis lisez les Actes des Apôtres, vous y découvrirez la naissance de l’Église et sa croissance. Ensuite, l’auteur des Actes nous dit que durant tous ces jours, il s’est montré vivant à eux. Il y a là pour nous tous une invitation à ouvrir nos yeux de la foi pour découvrir Jésus vivant qui nous précède dans la Galilée de nos vies quotidiennes, c’est là que nous le rencontrerons. Il nous restera aussi à vivre dans l’intimité de la Sainte Vierge pour lui permettre d’exercer avec nous son rôle de Mère ; enfin, nous avons à demeurer tous unis, tous unanimes dans la prière. Alors nous serons prêts à vivre pleinement la venue de l’Esprit au matin de Pentecôte.

+ Mgr Jean-Pierre CATTENOZ
Pentecôte 2007