Homélie pour les ordinations diaconales et sacerdotales

17 juin 2007

Eglise du Sacré Coeur, Avignon - 17 juin 2007

Barthélemy, Michel, Pierre, Marcel et Pascal, au moment de vous ordonner diacres ou prêtres, je voudrais vous partager quatre convictions qui m’habitent de plus en plus profondément.

En premier lieu, soyez des amoureux de la Parole de Dieu. Prenez chaque jour du temps pour venir vous asseoir au pied de Jésus pour écouter sa Parole, pour laisser cette parole vous habiter, prendre chair en vous. Nourrissez-vous copieusement de cette Parole, elle deviendra vivante en vous ou plutôt vous vivrez vous-même de la Parole.
Rappelez-vous la parole de Jésus : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole et mon Père l’aimera et nous viendrons chez lui et nous ferons chez lui notre demeure ». En réalité, la Parole est fondatrice de l’Église ; Jésus a construit son Église avec ceux qui étaient assis auprès de lui à écouter sa parole.
Alors, vous pourrez donner à vos frères les hommes ce dont ils ont le plus besoin. Ils n’attendent pas autre chose de vous, ils attendent que vous leur donniez Jésus, le Verbe fait chair ; et Jésus leur montrera le chemin qui conduit à la Vie véritable, à l’intimité divine. Votre mission sera de conduire les hommes à Jésus, mais cette mission, vous ne pourrez la remplir que si vous-mêmes vous êtes rempli de Jésus, que si vous-mêmes vous êtes habités par la Trinité sainte, que si vous-mêmes, vous vous laissez conduire par l’Esprit Saint.

Ma deuxième conviction : vivez pleinement la communion fraternelle. Les deux mots utilisés par les premiers chrétiens pour dire qui ils étaient sont justement ceux de « communion » et de « fraternité ». L’Église est avant tout communion et fraternité. Nous connaissons trop bien les germes de division qui nous habitent, qui habitent notre Église, qui habitent chacune de nos communautés.
La communion comme la fraternité, nous ne pouvons que la mendier humblement auprès du Seigneur. Nous connaissons nos limites humaines, mais nos forces ne sont pas seulement humaines. Par la grâce de notre baptême et de notre confirmation, nous sommes devenus enfants de Dieu et l’Esprit Saint vient au secours de notre faiblesse. « L’amour de Dieu a été répandu dans nos coeurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné ».
N’oublions jamais le commandement nouveau que le Seigneur Jésus nous a laissé : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ». Par votre ordination, l’Esprit Saint vous sera donné pour vous permettre d’être dans notre Église diocésaine des artisans de communion et de fraternité. Vous puiserez dans chaque eucharistie la force de vivre la communion et d’en être les artisans. N’oubliez jamais que saint Jean dans son évangile ne nous rapporte pas le récit de l’institution de l’eucharistie. Mais en lieu et place il nous donne les deux fondements de toute vie en Église qui sont fruit de l’eucharistie : la loi du service mutuel que Jésus nous donne en lavant lui-même les pieds de ses disciples et la loi de l’amour qu’il nous donne en nous donnant le commandement nouveau.

Cette communion, vous aurez à la vivre d’abord avec votre évêque. Dans un instant, je vous poserai la question : « Promettez-vous de vivre en communion avec moi et mes successeurs, dans le respect et l’obéissance ? » Et vous répondrez : « Je le promets. » Devenu collaborateur de l’évêque pour le service apostolique, vous aurez à vivre ce mystère de communion et d’obéissance dans un dialogue loyal, vrai et confiant.
En toute circonstance, votre obéissance à l’évêque devra être confiante, large et humaine, à la fois responsable et empreinte de soumission surnaturelle, dans un esprit de don de soi. L’obéissance est pour les prêtres et les diacres le meilleur moyen de communier à la volonté de Dieu qui édifie l’Église et de participer à la fécondité qu’assure son accomplissement.
Cette communion et cette fraternité, vous aurez à la vivre avec vos frères prêtres et diacres en vous rappelant la parole de Jésus à ses disciples : « c’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres qu’on vous reconnaîtra comme mes disciples ». Vous devrez portez le souci de participer à toutes les rencontres du presbyterium et de l’ensemble du clergé du diocèse pour faire toujours grandir en vous la communion fraternelle.
Alors, vous pourrez être dans les paroisses où vous travaillerez des artisans de communion ; et nos paroisses deviendront d’authentiques écoles de communion et de fraternité.

Ma troisième conviction : soyez fidèles à la fraction du pain, vivez de l’eucharistie, soyez des hommes de l’eucharistie. N’oubliez jamais que l’eucharistie dominicale fait l’Église. Votre mission est de rassembler le peuple de Dieu pour donner à chacun des enfants de Dieu la nourriture dont il a besoin pour grandir dans sa vie d’enfant de lumière. Vous-mêmes vivez quotidiennement de l’eucharistie, au dire même de l’évangéliste Marc, elle sera pour vous un lieu de repos pour refaire vos forces. Oui, puisez votre force dans l’eucharistie, dans la table de la parole et de l’eucharistie. Devenez des hommes eucharistiques et vous vivrez dans le quotidien de vos vies toutes les dimensions de l’eucharistie. Votre vie tout entière deviendra action de grâce, sacrifice et communion.
Dans la communion, vous découvrirez l’exigence de communion non seulement avec le Christ, mais avec tous ceux qui sont membres de son corps et avec tous les hommes qui tous sont appelés à le devenir. Découvrez dans l’eucharistie la source de la mission, de votre mission qui est de mettre les saints, c’est-à-dire tous les baptisés, en état d’accomplir leur ministère : construire le Corps du Christ, l’Église. Alors vous aurez à aider les laïcs à prendre pleinement leur place dans cette construction de l’Église aujourd’hui en devenant présence du Christ dans le monde, dans leur vie en famille, dans la société, dans leur travail. Je vous invite tout particulièrement à redécouvrir les grands textes du dernier Concile sur la place des laïcs dans le monde pour que notre Église déploie davantage sa dimension missionnaire dans notre monde d’aujourd’hui.

Ma quatrième conviction : devenez des hommes de prière, soyez fidèles à la prière ! Prenez chaque jour du temps pour retrouver l’intimité divine, prenez du temps gratuitement pour « être avec lui ». Rappelez-vous que Jésus a choisi ses disciples, non pas d’abord pour les envoyer prêcher, mais pour « être avec lui ». Rappelez-vous sans cesse les mots de Jésus : « sans moi, vous ne pouvez rien faire ». Attention au risque d’activisme dans votre ministère, c’est auprès du Seigneur, dans le silence de la prière que vous puiserez le véritable dynamisme de l’apôtre. Devenez pour les communautés au milieu desquelles vous serez des éducateurs de la prière, de la prière liturgique, de la prière silencieuse, de l’adoration eucharistique au pied du Seigneur. En réalité, votre vie doit être tout à la fois une vie contemplative et une vie active.

Vous me permettrez d’ajouter une dernière conviction : Prenez chez vous Marie, la Mère de Jésus et notre Mère alors vous deviendrez à votre tour le disciple bien-aimé de Jésus. N’ayez pas peur de vivre dans son intimité ; en la contemplant, vous découvrirez l’Esprit Saint et la place qu’il doit prendre dans votre vie ; en la contemplant, vous contemplerez le mystère de l’Église ; enfin, n’oubliez pas le seul mot d’ordre qu’elle nous a laissé à travers tout l’Évangile : « Faites tout ce qu’Il vous dira ». Alors, elle vous donnera d’avoir part à sa fécondité de grâce pour le service de l’Église en vous apprenant à vous laisser habiter et conduire par l’Esprit Saint. Amen.

+ Mgr Jean-Pierre Cattenoz
17 juin 2007