Notre programme : la sainteté

30 novembre 2002

Les journalistes me demandent régulièrement : quel est votre programme ?

Et je suis bien obligé de leur répondre que je n’en ai pas ou plus exactement que le programme est le même depuis 2000 ans comme nous l’a rappelé le Saint Père dans sa lettre “Au début du nouveau millénaire” ; il ne change pas avec la variation des temps et des cultures. Ce programme est mon programme et il est fort simple:le Christ lui-même, apprendre à le connaître, à l’aimer ou plus exactement à se laisser aimer par lui et surtout se laisser conduire par lui pour devenir en lui membre de la famille de Dieu !

Il sera cependant nécessaire de traduire ce programme dans des orientations pastorales adaptées aux conditions de notre Église aujourd’hui en Avignon. Pour cela, nous devrons prendre les moyens nécessaires pour permettre à l’Évangile du Christ d’agir en profondeur, de rejoindre les personnes et de modeler nos communautés. Nous aurons à tracer avec confiance les étapes du chemin futur.

En même temps, l’Église nous invite à harmoniser les choix de chaque communauté diocésaine avec ceux des Églises limitrophes et avec ceux de l’Église universelle. Le Saint Père lui-même nous a indiqué quelques priorités pastorales que l’expérience faisait ressortir avec une force et une urgence particulière ; il nous appelle ainsi à une reprise pastorale enthousiasmante qui nous implique tous.

Je voudrais aujourd’hui vous indiquer deux de ces priorités :

La perspective dans laquelle doit se placer tout le cheminement pastoral est celle de la sainteté”, présenter la sainteté reste plus que jamais une urgence de la pastorale. La vie de chaque baptisé doit s’enraciner toujours davantage dans le Christ source de toute sainteté. Avec saint Paul, nous devons pouvoir dire : “Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi” (Gal 2, 20). Le Christ nous appelle à vivre en lui, à laisser son amour de charité envahir toute notre existence dans sa réalité la plus quotidienne. Nous ne saurions nous contenter d’une vie médiocre, d’une vie chrétienne superficielle car, par le baptême, nous appartenons au Christ et son Esprit Saint est venu demeurer en nous pour faire de nous des Saints ! Cet idéal de vie n’est pas réservé à quelques personnes extraordinaires. Les chemins de sainteté sont multiples et s’adaptent à la vocation de chacun dans les conditions les plus ordinaires de la vie. Mettre notre programme sous le signe de la sainteté sera lourd de conséquences et nous conduira à des choix pour une véritable pédagogie de la sainteté.

La deuxième priorité n’est qu’une conséquence de la première : une pédagogie de la sainteté ne peut que s’enraciner dans la prière, une prière que nous devons mendier à chaque instant : “Seigneur, apprends-nous à prier” (Lc 11, 1). Dans la prière, nous dialoguons avec le Christ, il nous donne d’entrer dans son intimité et de vivre en sa présence : “Demeurez en moi comme moi en vous” (Jn 15, 4). Cette réciprocité, cette intimité avec le Christ est le cœur de toute vie chrétienne et la condition de toute pastorale authentique. Elle est réalisée en nous par l’Esprit Saint et nous ouvre par le Christ le chemin du cœur de Dieu. Apprendre cette vie divine de la prière chrétienne, en la vivant pleinement dans la liturgie comme dans l’expérience personnelle, tel est le secret d’un christianisme vraiment vivant qui n’a rien à craindre pour l’avenir car il revient sans cesse à la source pour s’y régénérer.

Pour que nous puissions, sous le souffle de l’Esprit, dégager des orientations pastorales et y puiser un élan renouvelé pour notre vie chrétienne, j’invite tous les chrétiens à enraciner davantage leur vie dans la prière et pour demander la lumière de l’Esprit Saint, j’ai souhaité prendre une initiative très concrète pour une année.

Chaque mois, une assemblée de prière du Renouveau, ouverte à tous, se réunira à l’Église du Sacré-Coeur pour un temps de louange et d’intercession ;

Chaque mois, une heure d’adoration du Saint-Sacrement sera organisée dans le Centre ville d’Avignon à l’Église Saint-Didier ;

Enfin, chaque mois un rosaire sera récité à la Métropole.

Ces initiatives ne sont pas réservées au secteur d’Avignon, toutes les communautés du diocèse sont invitées à trouver la manière qui sera la leur de prier pour que l’Esprit Saint nous donne sa lumière et nous permettre de grandir ensemble dans notre vie en Christ.

+ Jean-Pierre Cattenoz
30 novembre 2002