« Il est le Chemin, la Vérité et la Vie »

16 avril 2017

Quand Jésus les avait rencontré, il leur avait posé la question : « Que cherchez-vous ? » Ils lui avaient répondu : « Maître, où demeures-tu ? » Jésus leur avait alors dit : « Venez et voyez. » L’évangéliste avait alors ajouté : « Ils vinrent, ils virent où il demeurait et ils demeurèrent auprès de lui ce jour-là. » Pour eux, à partir de là, ils allaient devoir passer d’un “demeurer auprès de lui” à un “demeurer en lui”, et expérimenter la vie avec celui qui leur disait : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14, 6).


Ils allaient vivre un véritable apprentissage, ils allaient devoir apprendre à “croire”, c’est-à-dire à vivre avec Jésus, à demeurer en sa présence, à écouter sa Parole, à se nourrir de son corps et de son sang. En un mot, ayant accueilli Jésus, ils avaient reçu le pouvoir de devenir enfant de Dieu, mais il leur fallait déployer toute la richesse de cette vie nouvelle et il leur faudrait toute une vie pour le vivre, mais quel chemin à parcourir !


Ils étaient là au jardin de Gethsémani, quand Judas arriva menant la cohorte et les gardes avec des lanternes, des torches et des armes. Jésus leur avait de nouveau posé la question : « Qui cherchez-vous ? » Ils avaient tous répondu : « Jésus, le Nazoréen. » Jésus leur avait alors dit : « Je suis ! » Lui, l’homme de Nazareth, il s’approprie le nom de Dieu, il s’identifie à lui et tous partant à la renverse, tombent à terre. Dieu est là, Jésus de Nazareth est bien le Verbe de Dieu, le Fils bien-aimé du Père, et nous ne le savions pas ! Et pourtant, ils s’emparent de lui et l’entraînent sur le chemin de la Croix. Il n’aura plus visage humain, il porte le péché des multitudes, il sera abandonné de tous, et pourtant Pilate nous le présentera en nous disant : « Voici l’homme ! » Voyez dans quel état il est ! Puis le même Pilate le fera de nouveau sortir revêtu de pourpre avec une couronne d’épines sur la tête pour nous dire : « Voici votre Roi ! » Barabbas sera libéré et le véritable fils du Père (Bar-Abbas) sera exécuté sur la Croix, ce sera son trône et désormais, il nous attire tous à lui.


Marie-Madeleine et quelques femmes, accompagnées seulement du disciple bien-aimé seront là, au pied de la Croix. Elles entendront Jésus crier : « J’ai soif ! » Il a soif de notre amour à tous. Alors tout est accompli et il peut mourir, remettre l’esprit, donner l’Esprit ! L’Esprit d’Amour qui planait sur le chaos primitif est de nouveau donné au monde pour organiser la nouvelle création, le Corps du Christ, l’Église.
Au matin de Pâques, Marie Madeleine est là devant le tombeau vide, tout en pleurs. On a enlevé son Seigneur et elle ne sait pas où on l’a mis. Elle se retourne et elle voit Jésus qui se tient là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus, elle le prend pour le jardinier, lui le nouvel Adam, le jardinier du nouvel Eden ! Alors Jésus lui dit : « Femme, pourquoi pleures-tu, qui cherches-tu ? » Elle cherchait le corps du crucifié, le corps de son Seigneur et le Vivant est là devant elle, lui l’initiateur de la Vie, la source de toute Vie. Il l’appelle par son nom : « Marie ! » Il est là, Celui que son cœur aime, “Lui, le Chemin, la Vérité et la Vie”.


Que cherches-tu, toi qui vis au cœur de notre monde d’aujourd’hui ? N’élude pas la question, c’est la seule question qui puisse donner son sens à ta vie à condition bien sûr que tu y répondes en vérité. Au cœur des ténèbres de notre monde, il est pour toi le Chemin, la Vérité et la Vie. Deviens toi aussi le disciple bien-aimé, mets tes pas dans les siens, mets-toi à côté de lui pour manger la Pâque, penche-toi sur sa poitrine pour entendre battre le cœur de Dieu. Accompagne-le sur son chemin de Croix et n’aie pas peur de rester là au pied de la Croix avec sa Mère et les quelques femmes qui sont là. Tu verras alors jaillir les sources de la Vie, les sources de la Miséricorde, les sources de l’Amour. À toi aussi, je te souhaite bonne Pâque !


+ Jean-Pierre Cattenoz, archevêque d’Avignon