Un carême à la source de l’Amour du cœur de Jésus

13 mars 2018

Bloc-Notes, mars 2018

Seigneur Jésus, tu nous as choisis pour rappeler aux hommes et aux femmes du Vaucluse l’amour qui brûle ton cœur et qui a soif de se répandre pour nous donner la vie. En ce temps de carême, nous voulons renouveler notre consécration et celle de notre Église diocésaine à ton cœur débordant d’amour.

Toi l’agneau au cœur transpercé, révèle-nous les richesses de ton cœur. A l’heure de ta mort, sous le coup de la lance, l’eau et le sang ont jailli, pour attirer les hommes à toi et leur permettre de puiser avec joie aux sources de la vie.

Notre Église diocésaine, ton épouse, née de ton côté transpercé, crie vers toi. Donne-lui en abondance l’eau vive de l’Esprit, pour qu’elle puisse au cœur de notre terre de Vaucluse témoigner de la puissance vivifiante de ton cœur.

Autrefois, Jésus a posé à Pierre la question fondamentale : « M’aimes-tu ? » Aujourd’hui, notre Église perçoit le même appel, adressé à chacun de nous : « M’aimes-tu ? » Donne-nous la force d’y répondre en vérité, sans crainte et sans réticence, puisque tu nous choisis, tous et chacun, pour être au cœur de notre terre de Provence témoins et bâtisseurs d’une civilisation de l’Amour.
Abreuvons-nous tous à cette source qui jaillit du cœur de Jésus crucifié. Puisons avec confiance aux sources de l’amour. Son cœur débordant d’amour ruisselle de miséricorde : voici le cœur qui a tant aimé les hommes.

Seigneur Jésus, nous te confions chacune des paroisses et des mouvements de notre diocèse. Que ton amour descende dans les cœurs et les renouvelle du feu de ton amour. Nous te confions tous les prêtres de notre diocèse : que l’amour de ton cœur brûle en chacun d’eux et qu’ils soient tous les témoins vivants de ton amour ! Nous te confions tous les consacrés de notre diocèse : que leurs cœurs battent au rythme de ton cœur et qu’ils soient pour nous tous les témoins vivants du mystère de ton cœur transpercé. Nous nous confions tous à toi, que nous vivions de toi et pour toi et devenions au cœur du Vaucluse des témoins résolus de la puissance de ton amour.

Cœur divin de Jésus, humblement prosternés au pied de ta Croix, nous nous consacrons à toi avec le désir de répondre par un plus grand amour à toutes les blessures que le monde te cause. Plus l’incroyance se répandra, plus nous mettrons notre confiance en ton divin cœur, unique espérance des hommes. Plus les cœurs résisteront à ton amour, plus nous t’aimerons, ô cœur de Jésus, infiniment aimable. Plus ta divinité sera attaquée, plus nous t’adorerons, ô divin cœur de Jésus. Plus tes sacrements seront délaissés, plus nous les recevront avec amour et respect, ô cœur miséricordieux de Jésus. Plus l’orgueil et la sensualité se déchaîneront, plus nous puiserons dans ton cœur la source de l’amour véritable et de l’humilité. Plus la sainteté du mariage sera bafouée, plus nous trouverons dans ton amour la source véritable de l’amour. Plus le démon s’acharnera contre la prière et la chasteté des consacrés, plus nous puiserons en ton cœur la source de la pureté. Plus il y aura de mères qui détruiront par l’avortement la présence en elles de l’image de Dieu, plus nous puiserons en ton cœur la source véritable de la vie.

Que ton amour pénètre toute notre vie : que nous demeurions fermes dans la foi en ton amour, et que nos esprits se convertissent sans cesse à celui de ton Évangile. Que ton amour pénètre nos cœurs : que nous puisions dans ta Parole et dans ton Eucharistie, l’amour de Dieu et du prochain, à quoi se reconnaissent tes vrais disciples. Que ton amour vienne en nos volontés : que nous te suivions, dociles à ton Esprit dans la mission que tu as confiée à ton Église et à laquelle nous devons participer.

Seigneur Jésus, que ton Amour préside à la vie de notre diocèse, qu’il inspire nos actions spirituelles et temporelles, qu’il habite nos joies et nos croix. Daigne la Vierge Marie, ta Mère au cœur immaculé, daigne le fidèle Saint Joseph, qui vécurent avec toi dans la sainte famille de Nazareth, te présenter cette consécration de notre Église et nous y maintenir tous les jours de notre vie.

Bon carême à tous.

Jean-Pierre Cattenoz